Nicole Martin chante Noël

Il était une fois une femme heureuse

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

On ne présente plus Nicole Martin. Même si elle s’est éloignée de la scène depuis plusieurs années, l’artiste n’a jamais abandonné pour autant la musique et la chanson. D’ailleurs, pour les fêtes elle sort un album de Noël qui plaira à ses nombreux fans.

Alors que beaucoup d’autres chanteuses reprenaient des succès américains à la fin des années soixante, Nicole Martin interprétait des créations, et la liste des auteurs qui ont composé pour elle est longue... tout comme sa carrière, qui l’a menée aussi bien en France qu’au Japon. Des années passées dans les valises lui ont donné le goût de se reposer un peu. Avec son mari et producteur, Lee Abbott, elle a fondé Les Disques Diva Inc. après avoir été animatrice de deux émissions de variétés sur TVA. Outre la série de CD Ce soir on danse, qui comprend onze volumes, le couple a produit des albums pour Michel Louvain, pour Michèle Richard, pour Fernand Gignac en plus de réaliser des albums de Noël. Leur petit dernier, un album de Noël un peu jazzy, tout en douceur, pour de bonnes soirées de décembre, contient d'ailleurs une belle surprise.

Est-ce que Nicole Martin se considère comme aimée des gais? La chanteuse n’ose pas se prononcer trop directement, de peur d’être prétentieuse. Nicole Martin ne joue pas à la star. Elle est une artiste intéressée avant tout par la qualité de son travail et par le plaisir de le faire. Elle s’avance quand même : «Oui, car les gais ont toujours aimé les chanteuses. Mais je me suis rendu compte de l'importance du souvenir que j'ai laissé à la communauté gaie quand René-Richard Cyr m’a appelée pour que j'apparaisse dans la série Cover Girl aux côtés de Gilles Renaud. J’ai rencontré plusieurs drag queens, dont Michel Dorion, qui étaient enchantées de travailler avec moi. Mais, vous savez, on n’est jamais assez aimé» confie-t-elle

Un autre projet la ramène à l’avant-scène en 2009. Elle est invitée à une fête pour souligner les vingt ans de carrière et les quarante ans de Patrick Huard. Entourée des quatorze jeunes de Star Académie, elle dédie au comédien sa chanson fétiche Il était une fois des gens heureux. Après cette prestation acclamée par les artistes invités, elle reçoit plusieurs appels de ces derniers, qui lui demandent d’enregistrer de nouveau. «Cet accueil m’a redonné le goût d’enregistrer un album, qui est sorti en 2010, où je reprends des standards du répertoire jazz des années vingt à cinquante. Le plaisir de retravailler avec des musiciens me manquait», confie-t-elle. Forte du succès de l’album Cocktail de douceur, une compilation de cinquante de ses chansons est éditée, et Nicole Martin remonte sur scène pour des concerts privés. «Ce que j’aime dans ces petits concerts, c’est l’intimité avec le public, qui est impossible à obtenir aujourd’hui dans de grandes salles où l’on n'a devant la scène qu’un immense trou noir. On ne sait pas pour qui on chante, et c’est dommage!», constate la chanteuse.

En enregistrant son opus de Noël, Nicole Martin en a profité pour préparer un nouvel album, Cocktail Lounge, à paraître en mars 2012. Quant à son retour dans une salle devant un public, l’idée fait son chemin, mais... « J’ai mes exigences. Il faudrait trouver une salle assez intimiste, et il y en a de moins en moins à Montréal. Enfin, il faut savoir qu’une salle se réserve aujourd’hui presque deux ans à l’avance. Nous n’y pensons pas, pour l’instant, mais ce n’est pas impossible non plus », hésite-t-elle en laissant planer le doute. La grande dame de la chanson ne veut pas s’engager plus. Avant tout, elle souhaite faire ce qu’elle a à faire le mieux possible et à la hauteur de ses attentes, en tant que chanteuse et musicienne. Pour ne pas se décevoir et pour ne pas décevoir son public, dont elle connaît l’attachement.

JOYEUX?NOEL de
Nicole Martin,
Musicor, 2011


 

  Envoyer cet article

Nicole Martin chante Noël

Il était une fois une femme heureuse

Alors que beaucoup d’autres chanteuses reprenaient des succès américains à la fin des années soixant (...)

Publié le 22 novembre 2011

par Denis-Daniel Boullé