San Francisco

Les nudistes de San Francisco de moins en moins tolérés

Nicolas Lavallée
Commentaires

En cette belle journée de septembre, Woody Miller a choisi la tenue d'Adam pour se promener dans les rues du Castro, le quartier gai de San Francisco: mais le «nudisme citadin», jusqu'ici accepté avec bienveillance par la majorité des habitants, fait aujourd'hui grincer les dents des élus locaux.

Woody, 55 ans, ne passe pas inaperçu : grand, avec une longue barbe grise et un piercing dans le nez, il n'a pour seuls vêtements et accessoires qu'une paire de souliers de course, une casquette et une montre.

«Je sors nu quand il fait beau car j'aime la sensation du soleil et de l'air sur ma peau», explique le quinquagénaire. À San Francisco, où la température est pourtant souvent fraîche, les adeptes du nudisme, connus sous le nom de «Naked Guys» («les mecs nus»).

«Il n'y a rien d'obscène dans le corps humain. Croire le contraire vient de l'éducation. C'est une forme de préjugé», juge Woody Miller. Centre des mouvements pour les droits des homosexuels dans les années 60 et 70, le Castro — où les sex-shops voisinent avec les cafés et restaurants branchés — reste un bastion progressiste.

Mais même le Castro a ses limites, considère Scott Wiener, nouvel élu démocrate du quartier — où il habite depuis 14 ans — au conseil municipal. Scott Wiener veut faire adopter un texte qui obligerait les nudistes à couvrir les bancs et fauteuils publics avant de s'asseoir et à s'habiller pour entrer dans les restaurants. Les amendes iraient de 100 à plus de 1 000 dollars, assorties de prison pour les récidivistes. «Ces dernières années, c'est devenu plus insupportable et provocant», affirme-t-il. «Ils traînent, occupent plein de sièges et s'assoient sans rien couvrir. Ce n'est pas propre», dénonce-t-il.

Mais Woody Miller ne voit pas l'intérêt de la proposition de l'élu. «Couvrir le siège avant de s'asseoir ? Cela va de soi, on n'a pas besoin de légiférer pour ça. C'est écrit dans le +livret du nudiste+: on ne va nulle part sans sa serviette», dit-il.

La loi californienne interdit d'exhiber ses parties génitales «dans un but lubrique». L'usage à San Francisco veut qu'on ne considère pas le nudisme comme lubrique et la police n'arrête pas les citoyens en tenue d'Eve ou d'Adam.

L'écrivain et entrepreneur George Davis, 65 ans, nudiste militant, partage l'avis de Woddy Miller. «C'est une peur irrationnelle», déclare-t-il, avec pour tout accoutrement un chapeau, des lunettes de soleil et un téléphone portable attaché à la taille. «Vous devriez être plus inquiet que je tousse devant vous que de vous asseoir à ma place», dit-il.

Une trentaine de nudistes se sont réunis samedi à Castro, sous le mot d'ordre «Nude not lewd» (nu mais pas obscène), un rassemblement qui était prévu avant l'initiative de Scott Wiener.

Le texte de l'élu démocrate interdirait également aux restaurants de servir des nudistes. Une disposition inutile, selon Michael England, serveur à l'Orphan Andy's, un restaurant du quartier de Castro ouvert 24h/24, qui oblige ses clients à porter une chemise et des chaussures — «et un pantalon aussi, je suppose», déclare M. England.

Dan Glazer, propriétaire de la boulangerie Hot Cookie, pense lui que les «Naked Guys» constituent à eux seuls une attraction touristique. «À mon avis, c'est bon pour le commerce, dit-il. Chez Hot Cookie, on n'a aucun problème avec les «Naked Guys». On vend des cookies en forme de pénis.


Source : d'après une dépêche de AFP.

 

  Envoyer cet article

San Francisco

Les nudistes de San Francisco de moins en moins tolérés

Woody, 55 ans, ne passe pas inaperçu : grand, avec une longue barbe grise et un piercing dans le nez (...)

Publié le 29 septembre 2011

par Nicolas Lavallée

   
Voir les archives

Anciens commentaires

  • Bonjour!pourquoi que ces personnes l'à veulent toujours se montrer nu,c'est comme si ils nous disaient,( regarde moi,je peux le faire)pourtant nous nous n'allons pas montrer notre beau linge!!Ha!,Ha!. Publié le 03/10/2011
  • J'adore ça. Je crois personnellement que ce n'est que le début. Nous retournons à nos sources. Il y a tout de même une sexualité apparente à travers le nudisme et je crois sincèrement qu'elle reprend sa place de plus en plus, là où elle l'avait perdu. Nous en sommes rendu là. Verrons-nous des nudistes dans les rues de Montréal en 2035, 2050? :P Publié le 24/10/2011