autrement dit

Punir ou Prévenir ?

Yves Lafontaine
Commentaires
Photo prise par © Robert Laliberté

Un séropositif montréalais, accusé d’avoir transmis le virus à un partenaire, avait basé sa défense sur le fait que les personnes qui s’adonnent, dans les saunas, à des rapports sexuels non protégés avec des inconnus assument une partie du risque. Une position que le juge a rejetée. L’homme de 47 ans a été reconnu, à la fin août, coupable d'agression sexuelle grave.


Sans prendre position dans le procès qui vient de se terminer, ni envisager les cas exceptionnels de transmission avec intention de nuire, il est fondamental non seulement d’interroger cette tendance à la criminalisation, mais aussi d’en souligner les limites et surtout les effets contre-productifs en termes de lutte contre l’épidémie.

La criminalisation croissante de la transmission du VIH dépasse le Québec et le Canada et s’observe depuis le milieu des années 2000 dans de nombreux pays occidentaux. Une tendance qui s’explique difficilement dans la mesure où l’apparition de traitements antirétroviraux, efficaces dès 1996, a permis, d’une part, de réduire fortement la mortalité des personnes vivant avec le VIH et, d’autre part, d’améliorer globalement leur qua-lité de vie, au point où il n’y a presque plus de différence en ce qui a trait à la longévité des personnes séropositives en traitement et celles qui sont séronégatives.

Pourtant, depuis 1998, une décision de la Cour suprême du Canada considère non seulement criminelle la transmission du VIH, mais les personnes séropositives ont l’obligation de divulguer leur statut sérologique afin de ne pas exposer leurs partenaires à des risques potentiels de lésions corporelles graves. Une personne séropositive peut donc être poursuivie devant la loi si elle n'a pas divulgué son statut sérologique, et ce, même si aucune transmission du virus n'a eu lieu. Vous trouvez cela normal?

Évidemment, le sida reste une pathologie effrayante, même au Canada. Mais surtout, il s’agit d’une maladie stigmatisée, au point que les difficultés sociales et relationnelles des personnes séropositives surpassent maintenant leurs soucis de santé. Difficile à évaluer si la criminalisation du silence de la personne séropositive a incité jusqu’à présent plusieurs hommes à ne pas passer des tests de dépistages du VIH ou à ne pas les passer aussi souvent qu’il le faudrait. On peut toutefois présumer qu’au fur et à mesure où des poursuites feront les manchettes des journaux, plusieurs y penseront à deux fois.

Alors que les spécialistes de la santé et de la prévention sont convaincus qu’une très grande partie de la transmission du VIH en Amérique du Nord, particulièrement au Canada, est attribuable aux séropositifs qui ignorent leur statut sérologique, il est de notre devoir de se questionner sur le bien-fondé de criminaliser le VIH.

On me dira que cela s’inscrit dans une tendance générale où les citoyens recourent davantage à la justice, non seulement pour un dommage causé, mais également pour un danger potentiel. Peut-on encore, en 2011, soutenir qu’une personne séronégative qui ne se protège pas n’assume aucun risque de contraction? N’y a-t-il pas du déni de sa propre responsabilité (celle d’être prévoyant, celle de se protéger)? Il est temps que socialement, on se pose la question. Désire-t-on punir des personnes qui sont déjà stigmatisées ou prévenir la transmission d’une maladie qui est un important problème de santé publique?



 
Voir les archives

Anciens commentaires

  • C'est illogique. A moins qu'une personne séropositive en force un autre a avoir des relations non protégées, je ne vois pas comment on peut être coupable de la négligence d'un autre. Si quelqu'un prends le risque d'avoir des relations non protégées, il doit en assumer le risque et ne pas blamer les autres. Publié le 01/10/2011
  • Bonjour Mr Lafontaine, 1- Il y a des séropositifs qui connaissent leurs statuts 2- Il y a des séropositifs qui ignorent complètement leurs statuts et qui le connaitront lors de leurs prochains tests 3- Il y a des séropositifs qui ignorent officiellement leurs statuts mais ils se doutent de leurs états et ne passeront jamais de tests par crainte ou peur... Est-ce qu'un séropositif devrait être dans l'obligation de dilvulguer son statut? La réponse est non... TOUTEFOIS, cette réponse à un prix... Le séropositif a assurément la responsabilité morale de proteger ses partenaires lors de relations sexuelles afin d'éviter que ces derniers ne soient contaminés à leurs tours. Et ce, qu'importe si un p'tit nouveau copain etait pret a avoir des relations non-protégés. Désolé mais ce n'est pas une excuse...Même en 2011! Je suis donc tout a fait d'accord avec le jugement rendu (je n'aurais pas été d'accord si nous auriosn affaire a un séropositifs de type 2 (voir premier paragraphe) Est-ce que le p'tit nouveau était pret a contracter et vivre avec le sida? Bien sur que non, il se disait surement que ça ne lui arriverait pas... Poser lui la question... Malheureusement il a rencontré un séropositif n'ayant plus de conscience et qui lui a remis la responsabilité du pile ou face sur ces épaules et qui a tente aujourd'hui d'avancer cet argument à la cour... Voyons donc! Sous un autre angle, je ne comprends d'ailleurs pas comment le séropositif qui connait son état, qui a conscience de sa santé fragile et des risques , se risquerait lui-meme à baiser à nouveau sans protection malgré toutes les autres ITS en vedette (Herpes, Syphilis, Gonorhée etc...) ? Voyez-vous comme moi qu'il y a également présence d'un jemenfoutisme d'une personne potentiellement dangeureuse pour la santé d'une autre personne? Voulez-vous savoir on statut monsique Lafontaine? Je suis séronégatif. Quand je rencontre des mecs, je me protège toujours lors de relation anale. Il y a un bémol toutefois... Est-ce que je suce un condom, malheureusement la réponse est non. Je suis donc conscient que je prends un risque en faisant des fellations sans condom. Risque minime peut-être mais un risque tout de même. Je pose la question au mec s'il se sait contaminer d'une ITS quelconque... On me dit toujours que non... Je suis peut-être chanceux et que j'ai toujours eu affaire a des gars honnetes et francs... Quoi qu'il en soit je n'ai rien contracté à ce jour mais pour combien de temps... Si je croise un un mec ayant une ITS, j'espère sincèrement que ce dernier aura la franchise de me demander de le sucer via un condom... Ça me fera grand plaisir! Charles Publié le 11/10/2011
  • Bonjour. Je suis homosexuel, activ et pasif, je suis pour la punition parce que je suis sur que pas mal des gars pour baisser sont cappables de rien dire et tout à coup on peu avoir le gout ou le besoin, par example, d'avaler l'esperme du gars, à ce moment là le gars à l'obligation de nous avertir qu'ai le vih ou le sida, donc, si le gars ferme la trappe (la bouche) et rien nous dit, à ce moment là il peut facilmente nous refiler le virus et nous tuer, donc, il pourrait meriter la prision au moin la prision parce qu'il savait qu'il ai un arme qui est la maladie qui n'est pas curable, cela le probleme, parce que un gripe ou une rume ou un mal de ventre c'est de la petite biere mais le vih est un mal mortel et incurable. Merci, gracias, saludos y besos. José Francisco Escobedo Mena Publié le 11/10/2011
Voir les archives

Anciens commentaires

  • C'est illogique. A moins qu'une personne séropositive en force un autre a avoir des relations non protégées, je ne vois pas comment on peut être coupable de la négligence d'un autre. Si quelqu'un prends le risque d'avoir des relations non protégées, il doit en assumer le risque et ne pas blamer les autres. Publié le 01/10/2011
  • Bonjour Mr Lafontaine, 1- Il y a des séropositifs qui connaissent leurs statuts 2- Il y a des séropositifs qui ignorent complètement leurs statuts et qui le connaitront lors de leurs prochains tests 3- Il y a des séropositifs qui ignorent officiellement leurs statuts mais ils se doutent de leurs états et ne passeront jamais de tests par crainte ou peur... Est-ce qu'un séropositif devrait être dans l'obligation de dilvulguer son statut? La réponse est non... TOUTEFOIS, cette réponse à un prix... Le séropositif a assurément la responsabilité morale de proteger ses partenaires lors de relations sexuelles afin d'éviter que ces derniers ne soient contaminés à leurs tours. Et ce, qu'importe si un p'tit nouveau copain etait pret a avoir des relations non-protégés. Désolé mais ce n'est pas une excuse...Même en 2011! Je suis donc tout a fait d'accord avec le jugement rendu (je n'aurais pas été d'accord si nous auriosn affaire a un séropositifs de type 2 (voir premier paragraphe) Est-ce que le p'tit nouveau était pret a contracter et vivre avec le sida? Bien sur que non, il se disait surement que ça ne lui arriverait pas... Poser lui la question... Malheureusement il a rencontré un séropositif n'ayant plus de conscience et qui lui a remis la responsabilité du pile ou face sur ces épaules et qui a tente aujourd'hui d'avancer cet argument à la cour... Voyons donc! Sous un autre angle, je ne comprends d'ailleurs pas comment le séropositif qui connait son état, qui a conscience de sa santé fragile et des risques , se risquerait lui-meme à baiser à nouveau sans protection malgré toutes les autres ITS en vedette (Herpes, Syphilis, Gonorhée etc...) ? Voyez-vous comme moi qu'il y a également présence d'un jemenfoutisme d'une personne potentiellement dangeureuse pour la santé d'une autre personne? Voulez-vous savoir on statut monsique Lafontaine? Je suis séronégatif. Quand je rencontre des mecs, je me protège toujours lors de relation anale. Il y a un bémol toutefois... Est-ce que je suce un condom, malheureusement la réponse est non. Je suis donc conscient que je prends un risque en faisant des fellations sans condom. Risque minime peut-être mais un risque tout de même. Je pose la question au mec s'il se sait contaminer d'une ITS quelconque... On me dit toujours que non... Je suis peut-être chanceux et que j'ai toujours eu affaire a des gars honnetes et francs... Quoi qu'il en soit je n'ai rien contracté à ce jour mais pour combien de temps... Si je croise un un mec ayant une ITS, j'espère sincèrement que ce dernier aura la franchise de me demander de le sucer via un condom... Ça me fera grand plaisir! Charles Publié le 11/10/2011
  • Bonjour. Je suis homosexuel, activ et pasif, je suis pour la punition parce que je suis sur que pas mal des gars pour baisser sont cappables de rien dire et tout à coup on peu avoir le gout ou le besoin, par example, d'avaler l'esperme du gars, à ce moment là le gars à l'obligation de nous avertir qu'ai le vih ou le sida, donc, si le gars ferme la trappe (la bouche) et rien nous dit, à ce moment là il peut facilmente nous refiler le virus et nous tuer, donc, il pourrait meriter la prision au moin la prision parce qu'il savait qu'il ai un arme qui est la maladie qui n'est pas curable, cela le probleme, parce que un gripe ou une rume ou un mal de ventre c'est de la petite biere mais le vih est un mal mortel et incurable. Merci, gracias, saludos y besos. José Francisco Escobedo Mena Publié le 11/10/2011