Allemagne

Des milliers de manifestants à Berlin contre le pape

Étienne Dutil
Commentaires
Plusieurs milliers de personnes — dont un bon nombre d'homosexuels — ont protesté à Berlin jeudi alors que le pape Benoît XVI prononçait un discours au Bundestag, mais la mobilisation est restée loin des 20 000 manifestants espérés par les organisateurs. «Papa non grata», le slogan écrit sur une pancarte donnait le ton du rassemblement sur la Potsdamer Platz, l'une des principales places de la capitale allemande, qui a rassemblé 10 000, selon les organisateurs.

«Dégage, vieil homme méchant», «Pope go home», pouvait-on également lire sur des pancartes brandies au sein de la foule rassemblée à l'appel d'un collectif de près de 70 associations homosexuelles, athées ou de victimes de maltraitances.

Les manifestants défilaient en compagnie d'une figure en papier mâché de plus de trois mètres de haut représentant une religieuse avec dans la main un crucifix et dans l'autre un bâton. Sur sa robe était écrit: «Plus jamais ça».

D'autres pancartes se montraient moins virulentes, comme celle clamant «Mon Dieu aime tout le monde, lui, même toi, Josef». Une minute de silence a été observée à la mémoire des victimes du sida, alors que l'Eglise catholique est toujours opposée à l'usage du préservatif.

Des députés sociaux-démocrates (SPD), de Die Linke (extrême gauche) et des Verts, parmi la centaine d'élus qui ont boycotté le discours du Souverain pontife, se sont fait acclamer par la foule, en montant sur le camion noir qui ouvrait le cortège. «Dans notre Constitution, il est dit que toutes les religions doivent être traitées équitablement. Pour moi cette invitation (à prononcer un discours au Bundestag, chambre basse du Parlement) ne respecte pas cette disposition», argumentait le député (SPD), Rolf Schwanitz, parmi les manifestants.

La position de l'Eglise sur l'homosexualité a également attiré un grand nombre de personnes, comme l’indiquait le nombre de manifestants portant t-shirt sur lequel était inscrit «L'homophobie se guérit» ou autres slogans faisant référence aux gais.. Deux artistes berlinois, Wolfram P. Kastner et Linus Heilig, déambulaient l'un habillé en pape, l'autre grimé en Adolf Hitler, pour rappeler l’entente de 1933 entre le régime nazi et le Vatican.

Salué comme un héros national au lendemain de son élection, Benoît XVI a vu sa popularité dans son pays d'origine s'effondrer depuis. L'Allemagne a enregistré en 2010 un nombre record de catholiques demandant à ne plus s'acquitter de leur impôt religieux afin de quitter l'Église. Son image a notamment pâtit des scandales pédophiles qui ont secoué l'Église catholique l'année dernière, mais aussi de sa politique de réconciliation avec les intégristes de la Fraternité Saint Pie X, dont l'un des prélats, l'archevêque britannique Williamson, a nié l'existence de la Shoah.