Fondation Émergence et sa charte de bientrance

Lancement de la campagne «Non à l’homophobie, non au racisme!»

Julie Vaillancourt
Commentaires
En mars dernier, la Fondation Émergence lançait la campagne «Aimer son enfant tel qu’il est», visant ainsi à établir le dialogue entre les communautés LGBT et les communautés culturelles. Voilà que la Fondation récidive, avec une nouvelle campagne intitulée «Non à l’homophobie, non au racisme!» Le 11 août dernier, en plein cœur des célébrations de la Fierté, avait lieu le lancement de la campagne. Si la ministre de l’Immigration et des communautés culturelles, Mme Kathleen Weil, n’a pu honorer l’événement de sa présence, notons que cette campagne est rendue possible grâce au soutien financier du minis-tère de l’Immigration et des communautés culturelles du Québec et la collaboration de la S.D.C. du Village. Ces acteurs financiers se donnent la main pour une campagne visant à combattre le racisme au sein des communautés lesbiennes, gaie, bisexuelle et transgenre, afin de rappeler que la discrimination sur la base de l’origine ethnoculturelle est tout aussi inacceptable que celle fondée sur l’orientation sexuelle.

Pour Laurent McCutcheon, la campagne s’inspire du vieil adage : «Ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse», souligne le président de la fondation Émergence, ce qui revient à dire que l’on ne peut se montrer raciste lorsqu’on vise à enrayer l’homophobie. «Nous irons aussi dans les centres communautai-res et centres pour nouveaux arrivants afin de sensibiliser les LGBT et les hétéros issus des communautés culturelles. Un défi de taille, d’une très grande importance», précise Nathalie DiPalma, chargée de projet. Ceci fait aussi le pont avec la campagne «Aimer son enfant tel qu’il est», puisque la Fondation souhaitait non seulement établir le dialogue entre communautés LGBT et culturelles, mais aussi voir lesdites communautés culturelles s’engager activement dans la lutte contre l’homophobie. Ce qui revient à la vieille maxime « ensemble, nous sommes plus forts!»

Étant présent à la conférence de presse, Jean-Luc Romero, conseiller général de l’Île-de-France et militant pour les droits des LGBT et des sidéens en France, n’a pas hésité à louanger les actions et l’ouverture de la société québécoise : « Nous sommes enfin dans le débat en France, en ce qui concerne le mariage et l’adoption pour les homosexuels. Contrairement au Québec, où ces réalités sont depuis longtemps concrétisées. Je suis impressionné par le travail de la Fondation Émergence et de Gai Écoute et j’espère que nous pourrons un jour unir nos forces…»