Journées mondiales de la jeunesse 2011

La police a empêché le kiss-in gai prévu jeudi

Hervé Dumouchel
Commentaires
La police a empêché jeudi la manifestation d'une centaine d'homosexuels, hommes et femmes, qui avaient appelé à une séance de baisers au passage du pape Benoît XVI à Madrid, bloquant le groupe au moment où il se dirigeait vers le lieu de rendez-vous. Seul un couple d'hommes, qui avait réussi à déjouer la vigilance de la police, s'est embrassé au passage de la papamobile. À quelques centaines de mètres de là, un groupe de manifestants, criant «Ceci est l'autre jeunesse», ont été évacués par les policiers pour empêcher des incidents avec les jeunes catholiques qui criaient «Ceci est la jeunesse du pape».

Les manifestants avaient prévu de se rassembler sur la rue Serrano, que le pape a empruntée à bord de sa Papemobile en se rendant jeudi soir sur la place de Cibeles, lieu de la cérémonie de bienvenue dans le centre de Madrid. Mais arrivés à proximité du lieu convenu, environ une heure avant le passage du pape, ils se sont retrouvés face à un cordon de policiers et ont commencé à se disperser en différents petits groupes, suivis par les policiers.

Une cinquantaine d'entre eux se sont alors embrassé sur la bouche devant les policiers, plus nombreux que les manifestants, avant d'être exfiltrés. La manifestation éclair avait été convoquée sur Facebook par un groupe de défense des homosexuels et transsexuels créé en marge du mouvement des «indignés», qui proteste contre les conséquences de la crise, avait expliqué à l'AFP son porte-parole, Jaime del Val.

«Nous sommes ici pour être vus, maintenant que la ville est pleine, c'est un acte qui vise à revendiquer les droits des homosexuels, qui sont menacés par le pape, et nous devons répondre à cela», expliquait Laura Botella, une jeune Espagnole de 29 ans. La séance de baisers, semblable à celle qui avait accueilli Benoît XVI lors de sa précédente visite en Espagne en novembre 2010, visait à protester contre le «fondamentalisme de l'Église catholique» et «les condamnations moralisatrices sur la sexualité» exprimées par le Vatican.

Mercredi soir, plus de 5 000 manifestants rassemblés à l'appel d'associations pro-laïcité ont fait face pendant plusieurs heures dans le centre de Madrid à des groupes de jeunes pèlerins catholiques présent pour les JMJ, échangeant insultes ou slogans hostiles, séparés par des cordons de policiers. Ils criaient des slogans ou portaient des pancartes avec les mots: «Cette jeunesse n'est pas celle du pape», «Stop, transphobie, sexisme, homophobie», «Nous exigeons un véritable État laïc, la liberté de conscience est un droit». Des heurts ont éclaté en fin de soirée entre policiers et manifestants anti-pape. Ces derniers ont été délogés à coups de matraque.
(Source AFP)