Religion

L’église anglicane attendue sur la question de l'homosexualité

Chantal Cyr
Commentaires
L'église d'Angleterre va revoir sa position sur les relations homosexuelles et étudier la possibilité d'autoriser les homosexuels à devenir évêques, un sujet autour duquel la communauté anglicane se déchire depuis de nombreuses années et qui menace de provoquer un schisme au sein de cette église née d'une rupture avec l'église catholique au XVIe siècle. Elle compte actuellement 77 millions de fidèles dans le monde. Le synode général de l’église d’Angleterre prévu à York du 8 au 12 juillet approche à grand pas. Il va être l’occasion pour les dignitaires anglicans d’aborder à nouveau la question de l’homosexualité qui les divise tant.

La dernière fois que cette église s’était penchée sur le sujet, c’était il y a six ans pour anticiper l’entrée en vigueur du partenariat civil, une union réservée aux homosexuels en Grande-Bretagne. Elle avait alors autorisé son clergé à signer ce partenariat de vie commune à condition de rester chaste. Mais l’église était moins claire sur la question de l’ordination d’évêques homosexuels. Or en 2010, la loi sur l’égalité destinée à lutter contre la discrimination a été élargie et accroît depuis la pression sur les anglicans.

L’église devrait donc clarifier sa position sous peu, d’autant qu’elle est face à une situation très concrète avec le cas de Jeffrey John. Ce prêtre célibataire et homosexuel vivant avec un autre religieux a été contraint une première fois de renoncer au poste d'archevêque de Reading en 2003, et sa candidature a été de nouveau écartée l’an dernier, cette fois au poste d'évêque du diocèse londonien de Southwark. Son sort provoque la colère de nombreux anglicans et l’église devrait s’abriter derrière la loi sur l’égalité pour faire passer une décision en faveur des prêtres homosexuels qui ne va pas manquer de hérisser les plus traditionalistes.