Homosexualités masculines et religions du monde

Benoît Parades
Commentaires
Comment mieux comprendre les traditions religieu-ses et l’homosexualité? Trop peu d’ouvrages ont été consacrés à cette question que Pierre Hurteau s’est proposé d’investiguer, en apportant une contribution francophone encore discrète sur ce sujet très actuel. L’accent est mis tout d’abord sur la tradition, qui n’implique pas toujours un discours négatif sur les homosexua-lités et dont il serait bien difficile de faire l’économie pour comprendre les situations actuelles. Car la modernité ne saurait non plus être présumée par son expression occidentale, autour d’une entente deve-nant plus cordiale entre religions et homosexualités. Pierre Hurteau présente donc tour à tour l’hindouis-me, le bouddhisme, le judaïsme, le christianisme, l’islam et les religions afro-américaines, en observant de quelle façon la configuration traditionnelle de ces religions a été le terrain d’un discours sur la sexualité et sur l’homosexualité masculine. Quels sont les différents statuts de l’homosexualité selon la conception des diverses religions du monde? De quelle manière le régime juridique occidental protégeant la personne homosexuelle en lui garantissant des droits spécifiques peut-il s’accorder avec d’autres conceptions culturelles proposant un statut différent de
l’homosexualité au regard d’une autre sensibilité religieuse?

C’est ce débat qui doit être encouragé, avec une connaissance plus claire des traditions religieuses et de leurs contrastes qui envisagent des homosexualités multiples. Elles sont autant de richesses pour réfléchir de nouvelles expériences homosexuelles. L’interpénétration du sexe et du genre rencontre de façon singulière chacune des religions du monde, et Pierre Hurteau nous offre ici un pano-rama éclairant sur ces situations diverses et souvent complexes qui constituent autant de possibilités pour éclairer, et enrichir, un véritable dialogue interculturel et interreligieux sur l’homosexualité selon les mots de l’auteur. Ce dernier nous suggère de dépasser le «dimorphisme» occidental qui exprime l’homosexualité masculine entre le sexe et le genre. Aller plus loin donc, en valorisant les dimensions religieuses des homosexualités dans toutes leurs diversités. Les cultures religieuses sont peut-être un moyen intéressant de créer une vision plus «dissidente» de l’homosexualité ici et ailleurs, comme le souligne Pierre Hurteau. Il rapproche d’ailleurs la position défendue par Tarik Ramadan de celle de l’Église catholique, pour qui l’homosexualité serait un acte (condamna-ble) qui n’engagerait pas la personne elle-même. Ce qui légitimerait l’homophobie sans trouver personne qui ne le soit… Le débat n’épargne donc aucune société, et concerne bel et bien la nôtre, pour que la revendication de la différence tout en aspirant à l’égalité, ne se fasse pas au prix d’une mise en conformité qui retiendrait les variations religieuses en dehors de toute revendication moderne d’identité. «Les débats tant religieux que civils sur l’homosexualité ne sont guère terminés» affirme Pierre Hurteau. On ne peut que, semble-t-il, lui donner raison.