Le marché rose

Le touriste gai dépense 30% de plus

Étienne Dutil
Commentaires

D’après une enquête menée par l’Institut du Tourisme en Espagne (Turespaña), le touriste gai consacre une plus grande partie de son budget en vacances que les autres, dépensant en moyenne 130 € par jour contre 100 pour le touriste hétérosexuel.

Cette enquête met en évidence l’importance de cette catégorie de vacanciers pour le secteur touristique, des personnes qui en général ont moins de charges que les autres et peuvent consacrer plus d’argent pour les loisirs nocturnes, les achats, la mode, la technologie, les soins esthétiques et la santé.

L’Espagne est un pays leader en ce qui concerne les destinations «Plage et Soleil» comme les Canaries, les Baléares, la Costa Brava ou la Costa del Sol, des destinations qui attirent les touristes gais comme l’île de Gran Canaria, Ibiza, Sitges, Benidorm ou Torremolinos en particulier. Mais les touristes gais ne se contentent pas seulement des plages et sont de plus en plus nombreux à Séville, Valencia, Barcelone, Bilbao ou Madrid, des villes considérées comme «gay friendly» avec des agences de tourisme spécialisées et de nombreux lieux de sorties qui leurs sont réservés.

De plus, l’Espagne est une des rares destinations méditerranéennes capables d’accueillir ce genre de tourisme étant donné que les pays d’Afrique du Nord sont plutôt réfractaires vis-à-vis de cette communauté. Une grande partie des touristes gais qui se rendent en Espagne se concentrent en Catalogne, Sitges et Barcelone ayant leurs préférences. Les autres régions espagnoles qui reçoivent le plus de visites de la part des gais sont l’Andalousie, la Communauté de Valencia et Madrid.

Les principaux pays émetteurs de touristes gais sont le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Allemagne, partageant à peu près tous les mêmes goûts en ce qui concerne les types de loisirs. Selon cette enquête 61% des gais britanniques déclarent qu’ils veulent se détendre totalement pendant leurs jours de vacances et 45% d’entre eux choisissent de séjourner dans des hôtels de grand standing, en profitent pour goûter la gastronomie locale et la culture du lieu où ils passent leurs vacances.

L’enquête précise que si les homosexuels britanniques dépensent plus que les hétérosexuels, cela ne dépend pas de combien ils gagnent mais de comment ils dépensent. C’est-à-dire qu’ils préfèrent renoncer à certains biens matériels pour pouvoir s’échapper quelques jours. De plus, moins dépendant de la famille, les gais anglais disposent de plus de liberté et de plus d’argent pour leurs dépenses.

En ce qui concerne les touristes homosexuels des États-Unis, on estime qu’ils disposent d’un pouvoir d’achat de 700 milliards de dollars, dépensant 65 milliards de dollars par an en vacances, ce qui représente 5% du tourisme en Amérique du Nord. La communauté gaie des États-Unis voyage plus que la moyenne de la population américaine. 85% de la communauté gaie voyage contre seulement 64% pour le reste de la population américaine, et 96% des gais franchissent les frontières de leur pays.

Les touristes homosexuels américains sont très attirés par les pays européens puisqu’ils se rendent nombreux au Royaume-Uni (10%), en France (7,9%) ou en Espagne (4,6%).

Quant aux homosexuels allemands, 42,1% d’entre eux préfèrent passer leurs vacances en Espagne et 36,6% ont l’intention de s’y rendre dans les 12 prochains mois.

En analysant ces chiffres on se rend compte pourquoi de plus en plus de ville et région un peu partout dans le monde, tentent de faire reconnaître leurs villes comme des destinations accueillantes pour les gais, vue la force économique que représentent les touristes gais ou lesbiennes des pays les plus riches.

 

  Envoyer cet article

Le marché rose

Le touriste gai dépense 30% de plus

Cette enquête met en évidence l’importance de cette catégorie de vacanciers pour le secteur touristi (...)

Publié le 13 mars 2010

par Étienne Dutil