Prévenir le VIH et les ITSS

Meilleur accès aux condoms dans les saunas

André-Constantin Passiour
Commentaires

Le concept n’est pas nouveau : il s’inspire d’initiatives qui existent dans plusieurs grandes villes à travers le monde, telles Londres, Sydney, Paris. Essentiellement, les saunas où se rencontrent les hommes gais et bisexuels s’en-gagent, dans une charte, à augmenter l’accès au matériel de protection. En signant ce qu’on appelle une «charte d’engagement», ces saunas s’inscrivent dans un effort de santé en participant davantage à la prévention du VIH et des infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS).

À Montréal, entre 2002 et 2009, les hommes gais et bisexuels représentaient près de 62 % des cas de nouvelles infections au VIH. Ces données marquent l’urgence d’intensifier les actions de prévention des ITSS auprès des hommes montréalais ayant des relations sexuelles avec des hommes et l’importance de rejoindre ces hommes là où ils se rencontrent. Pour ce qui est de la syphilis, le taux d’incidence en 2009 était 40 fois plus élevé que celui observé en 2000. Les relations sexuelles non protégées représentent le principal facteur de risque de cette propagation croissante.

Une telle entente a été conclue entre cinq saunas et le Centre de la santé et des services sociaux (CSSS) Jeanne-Mance – c’est-à-dire les quartiers Mile End, Plateau Mont-Royal, le centre-ville et Centre-Sud – et le groupe gai RÉZO (anciennement Action Séro Zéro).

Cette charte représente un mode de collaboration novateur entre le réseau de la santé, le réseau communautaire et des partenaires commerciaux. Les établissements seront facilement identifiés à l’aide du logo du projet qui sera dévoilé en mai prochain, lors du lancement officiel. Un site Internet sera également développé afin de mieux faire connaître ce projet de prévention des ITSS au sein de la communauté gaie.

«Pour nous, il s’agit de s’assurer que la clientèle aura un accès entièrement gratuit à des condoms, probablement par des distributrices, en tout temps, lorsqu’ils sont dans un sauna. Il s’agit de faciliter l’accès à ce matériel de prévention pour faire la lutte au VIH et aux ITSS», indique Robert Rousseau, le directeur général de RÉZO. «C’était la première fois qu’on réunissait ensemble les gérants ou propriétaires de saunas. Le dialogue a été facile parce qu’ils veulent eux aussi la sécurité et le bien-être de leurs clients, et certains saunas collaboraient déjà en permettant, par exemple, des cliniques de dépistage» d’expliquer Alain Arsenault, qui est organisateur communautaire au CSSS Jeanne-Mance. En fin de compte, cela traduit la volonté des saunas à intensifier les actions de prévention.

L’adhésion à une telle «charte d’engagement» est une première au Canada. «C’est l’aboutissement d’une démarche qui dure depuis plusieurs années auprès de ces établissements», dit M. Rousseau. Il s’agit ici d’une étroite collaboration entre RÉZO, le CSSS Jeanne-Mance, les saunas et la Direction de santé publique de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.


Au mois de mai, on procédera donc au lancement de ce projet spécial avec la liste complète des saunas participants. Le site Internet informera la clientèle sur les éléments de la «charte d’engagement» et des activités qui en découlent ainsi que les saunas signataires. «Montréal est l’une des destinations touristiques préférées des hommes gais, donc on pourra aussi profiter de certains moments [comme pendant l’été], pour tenir des activités de prévention s’adressant autant aux Montréalais qu’aux tou-ristes», indique M. Arsenault.

Pour les touristes gais québécois se rendant en Europe, il existe là-bas une telle charte avec son logo «Everywhere», qui indique aux Européens que cet établissement de rencontres sexuelles favorise la prévention. Toutefois, à Montréal, la charte aura un logo original.

 

  Envoyer cet article

Prévenir le VIH et les ITSS

Meilleur accès aux condoms dans les saunas

À Montréal, entre 2002 et 2009, les hommes gais et bisexuels représentaient près de 62 % des cas de (...)

Publié le 22 février 2011

par André-Constantin Passiour