Facebook et les conjugalités gaies et lesbiennes

Facebook ajoute une option «union civile» à ses profils

Commentaires

Le réseau social Facebook vient d'ajouter les unions civiles et les partenariats domestiques aux options proposées à ses utilisateurs pour rendre compte dans leurs profils de leur situation relationnelle de couple.

«Marié», «fiancé», «divorcé», «séparé», «veuf» ou «célibataire» : tous ces statuts relationels ou conjugaux ne correspondent pas à toutes les réalités de la population LGBT dans la plupart des pays où d’autres formes de reconnaissances de partenariats que le mariage sont possibles.

Afin de remédier à ce méli-mélo, Facebook a décidé d'ajouter deux options pour décrire les relations de ses usagers. Désormais, les utilisateurs peuvent également choisir «une union civile» et «partenariat domestique» à ajouter à leurs profils aux États-Unis, au Canada, en France, au Royaume-Uni et en Australie.



«C'était une fonctionnalité très demandée par les utilisateurs», a déclaré Andrew Noyes, le directeur des communications de politique publique Facebook. Nous voulons proposer des options pour que les gens piussent réellement et authentiquement rendre compte de leurs relations sur Facebook», a-t-il précisé.??

Facebook a apporté ces modifications avec le soutien des organisations LGBT, dont la Gay and Lesbian Alliance Against Defamation, la Gay, Lesbian, and Straight Education Network, et le Human Rights Campaign.??«Comme les personnes LGBT font face à un patchwork des lois reconnaissant leurs unions, ce qui donne plus de gens des outils pour décrire adéquatement leurs relations», a déclaré Michael Cole, porte-parole de la Human Rights Campaign. «Facebook montre qu'elle est une entreprise qui essaye d'être inclusive de la communauté LGBT», s'est-il félicité.

 

  Envoyer cet article

Facebook et les conjugalités gaies et lesbiennes

Facebook ajoute une option «union civile» à ses profils

«Marié», «fiancé», «divorcé», «séparé», «veuf» ou «célibataire» : tous ces statuts relationels ou co (...)

Publié le 19 février 2011

par