REÉR ou CÉLI??

Les questions que vous devez vous poser…

Yves Lafontaine
Commentaires
Depuis l’arrivée du CÉLI (Compte d’Épargne Libre d’Impôt) en 2009 (qui vous permet d’investir 5000$ par année, par personne, et ce, sans aucun impôt à payer sur le rendement de vos placements), les règles ont changé! Alors que jadis le REÉR était la meil-leure (et la seule) option pour épargner en vue de la retraite, le CÉLI est maintenant une option à considérer pour plusieurs personnes. Selon votre situation, peut-être devriez-vous plutôt cotiser à votre REÉR, votre CÉLI (ou les deux) pour maximiser les avantages fiscaux reliés à chacun de ces types de placements. C’est du cas par cas.


Par contre, vous découvrirez plus bas les grandes caractéristiques de ces deux formules.
Important : Rappelez-vous que vous avez jusqu’au 1er mars 2011 pour cotiser à votre REÉR et bénéficier de la déduction fiscale pour l’année fiscale de 2010. De plus, le maximum de vos droits REÉR en 2010 est de 18% de vos revenus admissibles bruts (jusqu’à concurrence de 21 000$), en plus de tous vos droits REÉR inutilisés.

Voici les raisons pour lesquelles vous devriez cotiser à un REÉR cette année :

• Vous avez eu un revenu intéressant en 2010 et prévoyez que votre revenu de retraite sera plus bas que cette année. En investissant dans votre REÉR cette année, vous aurez un remboursement d’impôts plus important sur chaque dollar investi dans votre REÉR que l’impôt que vous aurez à payer à la sortie de vos fonds, ce qui veut dire que vous faites plus avec votre argent, grâce au report d’impôts.

• Vous avez eu une année exceptionnelle, avec des revenus plus élevés qu’à l’habitude (vente d’immeuble à revenus, d’entreprise, etc.) et aurez une facture d’impôts exceptionnelle à payer bientôt : c’est le temps de prendre vos droits de cotisations REÉR inutilisés et d’accumuler des sommes en vue de la retraite, plutôt que de payer ces mêmes sommes (ou presque) en impôts!

• Parce qu’il est important pour vous d’avoir des revenus intéressants à la retraite et que vous désirez vivre pendant votre «retraite»; non pas seulement «survivre», n’est-ce pas?

• Vous avez déjà le maximum dans votre CÉLI (5000$ par année, par personne, depuis 2010) et désirez faire progresser votre épargne à l’abri de l’impôt./

Voici les raisons pour lesquelles vous ne devriez PAS cotiser à un REÉR cette année
et devriez plutôt opter pour un CÉLI:

• Vous voulez épargner pour des projets à moyen terme et prévoyez retirer ces sommes sous peu.

• Vous prévoyez avoir une augmentation considérable de vos revenus au cours des prochaines années: supposons que vous gagniez 50 000$ en 2009 et prévoyez avoir des revenus beaucoup plus élevés au cours des prochaines années (promotion, croissance de l’entreprise, vente d’immeubles, d’entreprise(s), etc.), le taux d’imposition que vous payez sur vos revenus sera alors plus élevé. Dans cette optique, si vous voulez vraiment maximiser votre remboursement d’impôts (en dollars et en pourcentage des sommes investies dans votre REÉR) vous pourriez peut-être investir dans votre CÉLI pour le moment, et ensuite transférer ces sommes dans votre REÉR, alors que vous aurez des revenus (et un taux d’imposition) beaucoup plus élevés.

• Vous avez un fond de pension à prestation déterminée (enseignants, policiers, militaires, etc.) ou vous prévoyez gagner PLUS à la retraite que ce que vous gagnez maintenant (en additionnant les revenus de votre fond de pension, de la Régie des Rentes du Québec, la Pension de Sécurité de la Vieillesse (PSV) et la sortie de vos REÉR); vous devriez alors investir dans votre CÉLI ou dans des placements non enregistrés, pour éviter une imposition de vos revenus encore PLUS élevée qu’actuellement!


Bien sûr, ces quelques points sont importants, mais ne sont pas des recommandations en tant que telles! Vous devriez bien sûr évaluer votre situation personnelle et professionnelle à l’aide de votre conseiller financier.