Tout Feu, Tout Flamme

Pour un moment de bonheur

Daniel Rolland
Commentaires

Une toute nouvelle enseigne a pignon sur la rue Sainte-Catherine, le restaurant Tout Feu, Tout Flamme. Avec un pro à la barre.

Ils étaient nombreux à répondre à l’invitation de Martin Picard qui inaugurait il y a quelques semaines son nouveau restaurant qui a pour nom, Tout Feu, Tout Flamme. Le patron tenait auparavant le 100 secrets sur la rue Amherst. «J’avais pour ambition de venir m’installer sur Sainte-Catherine. J’ai appris qu’un local se libérait et voilà. » Et quelle transformation! C’était le comptoir de restauration rapide Madona (en face du Sky) qui se trouvait avec ses couleurs criardes. Maintenant, on se retrouve dans un décor qui a nécessité 5 semaines de travaux. Avec de la céramique au sol et des couleurs chaudes partout. «L’idée est de pouvoir manger de bonnes choses sans s’étrangler au niveau du portefeuille», précise Martin. Une formule qui plaira est celle du potage et bar à salade pour 8,95$. Le menu fait la part belle aux grillades, fondues (elles y sont toutes) et tapas. Tout est cuit sur le grill. J’ai dévoré comme le Frère Tuck une superbe poitrine de poulet grillé et chèvre chaud. J’en ai oublié la hausse des tarifs à la STM, c’est dire. Ce soir-là Christine s’est montrée d’une prévenance qui m’a rappelé cette pensée de Theodore Zeldin, le philosophe britannique, qui veut que la cuisine soit l’art d’utiliser la nourriture pour créer le bonheur. Et le raffinement dans le détail va jusqu’aux mini-écrans de télé dans les toilettes…Génial. Mon vis-à-vis partage mon opinion : Tout Feu, Tout Flamme va faire un carton, comme disent nos cousins de France. Toutes les conditions gagnantes sont réunies. Et merveille des merveilles, le resto, les jeudi, vendredi et samedi, sera ouvert jusqu’à 5.00 a.m. Bienvenue aux oiseaux de nuit avec toutes leurs plumes.q Daniel ROLLAND

 

  Envoyer cet article

Tout Feu, Tout Flamme

Pour un moment de bonheur

Ils étaient nombreux à répondre à l’invitation de Martin Picard qui inaugurait il y a quelques semai (...)

Publié le 14 décembre 2010

par Daniel Rolland