Cantelli

L’alter ego de Tina Turner... mais pas uniquement

André-Constantin Passiour
Commentaires

En 2001, Cantelli arrive à Montréal pour chanter au resto l’Endroit, sur Saint-Laurent, durant quelques jours. Alors qu’il débarque fraîchement de Paris, quelqu’un le reconnaît pourtant, et on lui demande de se produire un soir en tant que Tina Turner. Il se présentait au Sky pour chanter et quelqu’un aurait souffler à l’oreille du gérant qu’il pourrait faire Tina, et c’en est fini… C’est, en fait, l’histoire de sa vie! De fil en aiguille, celui qui a étudié le chant classique et la danse aboutit toujours à ce rôle de personnificateur féminin… Tout comme Michel Dorion, émerveillé, par les drag queens de Paris et de Londres, durant sa jeunesse, il atterrit au club Way Out de Londres et auditionne pour le rôle de Tina Turner. Un personnage qui l’habite maintenant depuis bientôt 20 ans.

Originaire de Rio de Janeiro (oui, un vrai «Carioca»), Cantelli a ainsi commencé à l’âge de 18 ans, comme Michel Dorion. Il est dans le métier depuis 19 ans. À Paris, il sort avec des amis au fameux cabaret Chez Michou; entre autres, il était «fasciné de voir comment un gars pouvait ressembler à ce point à une femme, à une artiste, c’était incroyable», se rappelle-t-il. Un jour, toujours avec des amis, il se retrouve au bar Way Out de Londres. On annonce qu’on recherche un remplaçant dans un trio de drags qui fait des tournées: il manque Tina Turner! À son insu, un bon ami l’inscrit à l’audition. «Je me dis que je n’ai aucune chance, puisque je n’ai pas de costume, je ne sais pas me maquiller ni rien.» Il apprend la chorégraphie surtout, puisqu’il est danseur, et se présente. Il y a 16 candidats. Une semaine plus tard, le téléphone sonne, il a le rôle. «Il s’agissait d’un contrat de six mois, à Ibiza! Que je le veuille ou non, ils avaient les costumes, etc. Le premier soir, une fois maquillé, avec la perruque, j’ai été estomaqué de voir dans le miroir à quel point je lui ressemblais [à Tina Turner]. Sur scène, tout va bien, et puis, la perruque fly dans la salle!» se remémore-t-il. Bien sûr, il fallait l’attacher, ce qu’il ne le savait pas encore!

Après son contrat, il continue de visiter les boîtes de nuit de Paris et de Londres. Encore au Way Out, il y a un autre concours de personnification. Il y a un voyage en Russie et 2000 livres à gagner. Eh oui, il remporte le voyage par son rôle de Tina Turner. Le chanteur classique ne sait plus trop quoi penser. «Soit qu’il y avait un remplacement, soit qu’il y a eu un voyage […] soit que je suis de passage quelque part et quelqu’un me reconnaît et me demande de faire une chanson de Tina Turner, je ne savais pas que ma vie serait basée sur Tina. On me disait que j’étais bon dans ce rôle, que je pouvais danser, bouger et la personnifier à merveille, mais je ne pensais pas pouvoir gagner ma vie ainsi», avoue-t-il.

Avec le temps, il incarne également sur scène les Janet Jackson, Whitney Houston et Diana Ross.

Mais il revient toujours à Tina, «parce qu’elle a un côté masculin qui est très fort et qui me ressemble : je suis masculin, je vais au gym, je suis musclé, donc ce personnage me convient bien». C’est un rôle qu’il a perfectionné à travers les années en étudiant la gestuelle, les mouvements, les chorégraphies et l’énergie qui se dégage de Tina. Cantelli est ainsi monté sur scène à bien des reprises à Paris, à Londres, à New York et à Montréal. Mais, dans ses projets futurs, il aimerait bien se produire à Las Vegas. «C’est un rêve, j’aimerais voir ce que cela pourrait donner de le faire là-bas», souligne-t-il.

Aujourd’hui, Cantelli donne aussi des cours de danse brésilienne et se produit en tant que chanteur classique contre-ténor. Il y a quelques mois, il a commencé, d’abord au Tools, puis au Parking, ses soirées thématiques Under-D-Ground. «Je remercie Pascal Lefebvre [le directeur général du Parking], de m’avoir donné l’occasion de présenter mes spectacles», dit-il. Cantelli reprend aussi, en partenariat avec Popeline, les samedis latinos au Sky.

Cantelli caresse un rêve d’ouvrir un jour son propre cabaret où il y aurait, en continu, des shows de drags, «comme à Paris, Chez Michou, un tout petit endroit, sympa, simple, intimiste, parce que lorsqu’on regarde ici, à Montréal, les Michel Dorion, les Jimmy Moore, etc., il y a énormément de talents»… Souhaitons-le lui!

 

  Envoyer cet article

Cantelli

L’alter ego de Tina Turner... mais pas uniquement

Originaire de Rio de Janeiro (oui, un vrai «Carioca»), Cantelli a ainsi commencé à l’âge de 18 ans, (...)

Publié le 18 décembre 2010

par André-Constantin Passiour