Lutte contre l'homophobie

Des vedettes montent au front à l’invitation de Jasmin Roy

Chantal Cyr
Commentaires

La lutte menée par Jasmin Roy contre l'intimidation à l'école passe en deuxième vitesse. Jugeant qu'il est «urgent» d'agir, le comédien a convaincu une vingtaine de vedettes d'embarquer avec lui pour éliminer ce fléau. «On a rencontré la ministre et on sent qu'il y a une ouverture de sa part. Mais on veut lui montrer qu'au-delà de cette ouverture, il y a une urgence d'agir», a expliqué Jasmin Roy, dans une entrevue accordée au Journal de Montréal et publiée dans l’édition du 27 novembre.

Sept mois après avoir publié le livre Osti de fif!, dans lequel il dénonçait l'homophobie dont il a lui-même souffert à l'école, l'auteur lancera mardi soir une fondation portant son nom. Ce nouvel organisme, dans lequel sont associés les directeurs d'école du Québec, aura pour mission «de lutter contre l'intimidation en milieu scolaire et de soutenir les victimes de violence à l'école.» Pour attirer l'attention du public sur ce fléau, Jasmin Roy a convaincu des personnalités de participer au tournage de capsules Web, dont la première sera diffusée à compter du 1er décembre.





«J'ai des alliés et des alliés de taille», insiste-t-il. Les humoristes Jean-Michel Anctil, Martin Petit et Mike Ward, ainsi que les animateurs Guy A. Lepage et Denis Lévesque, notamment, ont accepté d'embarquer dans ce projet. «J'ai tenu à aller chercher des pères de famille qui pouvaient venir dire qu'ils n'accepteraient pas que leur fils traite les autres de tapette», lance Jasmin Roy.

Des profs, des directeurs d'école, des parents et des victimes d'intimidation figurent aussi dans ces capsules Web. La Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement (FQDE), qui représente 85 % des directeurs direcinitia-d'école, souhaite que cette «initiative citoyenne» fasse bouger les choses.

«Les directions n'ont pas les moyens concrets de s'attaquer à cette problématique-là, qu'on relie directement au décrochage», déplore la présidente de la FQDE, Chantal Longpré. «À cause de l'intimidation, on perd des élèves très performants, qui seraient capables de réussir», dit-elle.
Mme Longpré souhaite que chaque école puisse compter sur un employé chargé de lutter contre l'intimidation, un phénomène qui mène parfois à la maladie men-tale et au suicide, souligne-t-elle.
L'humoriste Patrick Groulx et la journaliste sportive Marie-Claude Savard n'ont pas hésité à accepter l'invitation de Jasmin Roy quand il leur a demandé de s'impliquer dans son projet.

«Je suis un père de famille, j'ai deux enfants, dit Patrick Groulx. L'intimidation à l'école, c'est quelque chose qui commence très jeune. C'est en en parlant qu'on peut changer les choses, ajoute-t-il. Je ne comprends pas pourquoi ce n'est pas une priorité pour le gouvernement.»

Marie-Claude Savard raconte avoir elle-même été victime d'intimidation lorsqu'elle était à l'école.
«Ç'a été extrêmement difficile pour moi de ne pas décrocher, confie-t-elle. Il faut se mobiliser, comme société, il faut faire quelque chose.»

La campagne sera officiellement lancée, le mardi 30 novembre.

 

  Envoyer cet article

Lutte contre l'homophobie

Des vedettes montent au front à l’invitation de Jasmin Roy

Sept mois après avoir publié le livre Osti de fif!, dans lequel il dénonçait l'homophobie dont il a (...)

Publié le 29 novembre 2010

par Chantal Cyr

   
Voir les archives

Anciens commentaires

  • Félicitation mr Roy vous touchez droit sur le gros probleme du siecle moi j'en sais quelque chose mon fils s'est suicidé a 15 ans apres avoir changé de ville et d'école (le Triolet) il n'étais pas dans la clic de cette école et j'ai su qu'il s'étais fais dire fais toi la peau car on vas te la faire c'étais en mars 2001 encore BRAVO Gilles Publié le 30/11/2010
  • je suis de tout coeur avec le projet de Jasmin Roy. je ne le connais pas personnellement mais je suis une personne sensilble tout comme lui. Je crois que tout commence par le respect d'autrui et c'est la règle. Oui la société doit se mobiliser, il faut en parler ouvertement et je crois que nous les adultes pouvons aider nos enfants, notre entourage à se respecter mutuellement. Le respect fait parti de l'éducation de tous et chacun. Félicitation! Line Publié le 30/11/2010