La maison de l’architecte Paul Bernier

Oasis dans la ville

Étienne Dutil
Commentaires

Cette maison est située à Montréal, sur le Plateau-Mont-Royal. Elle devait être agrandie et transformée pour une famille de quatre. Deux pièces devaient être ajoutées, une pour les pa-rents et une pour les enfants. La maison devait aussi être repensée afin d’en faire un projet cohérent et unifié dans son esprit, sa forme et sa matérialité. Visite...

«Nous voulions créer une maison lumineuse, apaisante, qui respire et qui est pensée en fonction de tous les gestes du quotidien», explique l’architecte Paul Bernier. «Le premier défi consistait à établir la volumétrie de l’intervention. Le lot, de forme atypique pour le quartier, se trouve dans un îlot dense et sans ruelle. Il fallait donc arriver à agrandir la maison malgré la réglementation contraignante, tout en préservant la qualité du jardin et aussi trouver une façon d‘amener de la lumière natu-relle à l’intérieur alors qu’à l’origine, les façades de la maison pouvant recevoir des fenêtres étaient principalement nord-est.» Deux boîtes de verre et de bois, des volumes simples et similaires en dimension ont été ajoutées à la maison originale. Une boîte est déposée sur le toit et l’autre dans le fond du jardin sous le grand érable. Une fente a été pratiquée dans la façade existante donnant sur la cour afin d’offrir des percées sur le jardin. Elle a été reconstruite en bois pour lier formellement les deux volumes ajoutés. Quant à la boîte ajoutée dans le jardin, elle devient une salle de jeu reliée aux pièces de vie et ouverte par de larges portes vitrées sur la cour comme un pavillon dans le jardin. Cet ajout est couvert d’un toit vert qui lui permet de se fondre dans l’environnement immédiat lorsqu’on le regarde des étages au-dessus. La boîte sur le toit, à l’écart du reste de maison, abrite la pièce réservée aux parents. Elle agit aussi comme un puit de lumière pour la maison en-dessous. Le coin ouest, complètement fenestré, surplombe une grande percée verticale, un volume ouvert qui a été pratiqué dans la maison originale et qui permet à la lumière naturelle de filtrer jusqu’au rez-de-chaussée. Des cloisons coulissantes, des écrans ajourés et des percements permettent de créer à la fois la division et l’interaction entre les espaces. On n’est pas surpris d’apprendre que la maison est récipiendaire du Prix Marcel-Parizeau aux Prix d’excellence 2009 de l’Ordre des Architectes du Québec.

Pour plus d'information : www.paulbernier.com Photographe : Marc Cramer
Une version plus complète de cet article, avec plus de photos, peut-être consultée dans le magazine DécorHomme


 

  Envoyer cet article

La maison de l’architecte Paul Bernier

Oasis dans la ville

«Nous voulions créer une maison lumineuse, apaisante, qui respire et qui est pensée en fonction de t (...)

Publié le 17 novembre 2010

par Étienne Dutil