Les besoins des jeunes LGBT

Des services ou des organisations politiques?

Julie Vaillancourt
Commentaires

La Coalition Jeunesse Montréalaise de Lutte à l’Homophobie (CJMLH) s’est récemment penchée sur une question d’actualité entourant les jeunes LGBT et leurs implications.

Ces derniers nécessitent-ils davantage de services adaptés à leurs besoins ou doivent-ils s’impliquer dans des organisations politiques pour faire entendre leur voix? D’emblée, les deux sont inextricablement liés: sans organisations politiques pour clamer leurs besoins et revendiquer leurs droits, les services s’adressant aux minorités ne verraient probablement jamais le jour…Il y a aussi ces services qui naissent d’un besoin collectif, devenant par la suite une cause au sein d’une organisation politique. Retour sur la discussion avec les intervenants du milieu. Présidée par la Coalition Jeunesse Montréalaise de Lutte à l’Homophobie (CJMLH), la table-ronde a nécessairement «mis la table» pour un débat engagé sur la question, tout en offrant l’occasion d’en apprendre davantage sur les services proposés par les divers intervenants. Le panel était bilingue, quoique majoritairement anglophone (à l’ima-ge, dirons certains, du manque d’engagement de la communauté francophone dans les mouvements queer montréalais plus militants…) Bruno Laprade, président du CJMLH, a présenté la table-ronde comme suit: «nous avons invité des participants qui donnent la parole aux
jeunes». Ainsi, le premier intervenant, Rodrigo Diaz Llama, agent de promotion de la santé communautaire pour SIDA bénévoles Montréal (ACCM), est venu présenter ATOMc, une approche basée sur la communication entre les pairs afin de promouvoir le dépistage du VIH et des MTS chez les jeunes gais. C’est en quelque sorte le principe de la vente directe par réseau, souligne Rodrigo, qui accueille constamment de nouveaux recruteurs: «le plus difficile lorsqu’on est un jeune gai venant d’un milieu ethnique, c’est d’être pris au sérieux dans ce projet d’éducation sexuelle». Pour Carly Boyce de Projet 10, organisations politiques et services sont «deux notions qui sont intimement connectées. Deux cheminements pour arriver au changement social», souligne la porte-parole de OUTspoken, un projet visant à «éduquer» les jeunes sur les réalités queer par le biais d’ateliers, afin «qu’ils puissent parler pour eux-mêmes». La table-ronde était aussi composée des représentants du Forum Jeunesse de l’île de Montréal (qui célèbre ses 10 ans cette année) et du Forum Got Your Back, qui vise à «déconstruire l’idée de diviser militantisme et groupes de soutien». D’ailleurs, parlant de réunir services aux jeunes et organisations politiques, quoi de mieux que le Plan Q? En association avec PolitiQ, Queers Solidaires, l’ASSÉ et La Centrale Galerie Powerhouse, le CJMLH prépare une tournée des CEGEPS, «visant à ouvrir les espaces à l’échelle nationale pour parler des enjeux entourant le genre et la sexualité». Au menu, le QVD, avec visionnement de divers enjeux pour «faire la lutte aux LGBTphobies et au
sexisme dans une approche queer et fémi-niste». Ces films, précise Bruno Laprade, visent à inculquer des connaissances aux jeunes sur le milieu queer montréalais: «On suggère d’écouter le QVD en classe ou en groupe afin que les jeunes puissent par la suite discuter sur l’identité queer et ses politiques.»

Coalition Jeunesse Montréalaise de Lutte à l’Homophobie : www.coalitionjeunesse.org
ATOMc : www.accmontreal.org et www.directionsmontreal.org / Projet 10 : http://p10.qc.ca/
Forum jeunesse de l’île de Montréal : www.fjim.org / Forum Got Your Back : http://gotyourbackforum.wordpress.com/


 

  Envoyer cet article

Les besoins des jeunes LGBT

Des services ou des organisations politiques?

Ces derniers nécessitent-ils davantage de services adaptés à leurs besoins ou doivent-ils s’implique (...)

Publié le 16 novembre 2010

par Julie Vaillancourt