villa(rou)ge

On mange et on flotte

Daniel Rolland
Commentaires

Nous nous sommes arrêtés au restaurant la Villa Rouge dont on nous disait beaucoup de bien. Effectivement nos contacts avaient raison. C’est charmant comme tout, avec ce décor lounge et sa musique de fond du même nom. Tout est feutré et propice à calmer des nerfs malmenés.

Pour moi la détente est une prédisposition si l’on veut que le rituel du repas soit réussi. Rien de pire que de manger stressé. La Villa Rouge a succédé au Donatella. Le fils du propriétaire Joey Santamaria a revu le menu pour intégrer des plats italiens classiques. «Avant nous, c’était rendu qu’on servait à peu près de tout. Nous sommes maintenant un restaurant italien et notre plat vedette c’est le veau». Nous eûmes l’opportunité de goûter le veau Marsala, classique s’il en est. Nous aurions été de bien mauvaise foi de trouver à redire. Surtout quand pour l’accompagner vous arrosez votre gosier de Chianti Ruffino. On ne réinvente pas la roue, ce sont des noms qui nous rassurent. Et nous avons également pris les penne et poulet grillé, subtilement épicés. Un délice. De la bonne cuisine sans prétention et qui va conquérir ceux qui veulent prendre un bon repas sans que cela leur coûte un bras. Et Joey est barman de métier. Si vous avez envie d’un petit cocktail qui sorte de l’ordinaire, demandez-lui. « L’essentiel c’est que le client soit content d’être venu et qu’il revienne», s’empresse-t-il d’ajouter. Ne craignez rien, il va revenir.

 

  Envoyer cet article

villa(rou)ge

On mange et on flotte

Pour moi la détente est une prédisposition si l’on veut que le rituel du repas soit réussi. Rien de (...)

Publié le 18 octobre 2010

par Daniel Rolland