Un projet emblématique

L’argent rose s’annonce surprenant

Michel Joanny-Furtin
Commentaires

«Si on avait à vendre le pouvoir d’achat du marché gai, combien vaudrait ce marché?», questionne Hans Janiak, le président de la Chambre de Commerce Gaie du Québec (CCGQ). L’étude sur les habitudes de consommation des homosexuels au Québec sortira vers la fin du mois d’août. Et elle réserve quelques surprises quant au spectre économique de notre société…

Initiée par la CCGQ, cette étude est commanditée par la Banque Laurentienne et réalisée par Léger Marketing avec la collaboration de SECOR. «C’est la première au Québec, voire au Canada; en tout cas la première aussi détaillée et approfondie sur le profil socioéconomique du marché LGBT, son pouvoir d’achat et ses habitudes de consommation (dépenses de ménage, voyages, auto, communications, technologie, etc.)», affirme le président Janiak.

«D’ailleurs, le P.D.-G. de Léger Marketing, Jean-Marc Léger, s’est emballé pour cette approche et a donné tout son appui pour que cette étude se réalise. Quand nous avons élaboré ce projet d’étude, je voulais savoir à combien se chiffrait le pouvoir d’achat du marché gai, et combien valait ce marché dans l’éco-nomie de la province. Cette étude donne un portrait socio-économique de ‘‘l’argent rose’’ dont on parle souvent, poursuit Hans Janiak. Dans ce sens, elle parle aussi du niveau d’éducation et des habitudes de consommation. Quand on parle d’argent rose, on pense souvent aux hommes gais principalement. Or, la part des lesbiennes a été balancée pour apparaître au travers des chiffres.»

«Les données vont épater, assure-t-il. Ces chiffres et leur analyse devraient bousculer pas mal d’a priori et secouer certaines (fausses) certitudes. La communauté elle-même dé-couvrira quelques déceptions sans doute, mais sera agréablement surprise par d’autres données. Déjà, la communauté gaie et lesbienne sera fière d’apprendre certaines choses sur elle-même et son profil économique, comment elle fait ses choix en matière de consommation et de sa place dans l’enrichissement de la société québécoise.»

Selon le président de la CCGQ, les résultats de cette étude devraient avoir une incidence importante sur les rapports que le monde économique entretient avec la communauté LGBTA, «au point d’éveiller quelques consciences dans d’autres communautés», affirme-t-il.

Créer une nouvelle approche de notre communauté
«La communauté se pose beaucoup de questions et y répond sans connaître réellement la hauteur de ses moyens, reprend Hans Janiak. Ce sont toujours les mêmes thèmes vers lesquels la société nous renvoie: sida, couple, sortie du placard, droits sociaux et humains. On aborde rarement l’apport financier des gais et lesbiennes dans l’économie. Or, connaissons-nous notre valeur marchande? Savons-nous à qui va notre argent? La communauté a démontré à de nombreuses reprises sa capacité à réfléchir sur ses choix et infléchir le champ politique dans son sens. Pourquoi ne pas avoir la même attitude quand il faut choisir où et comment dépenser ou placer notre argent? À ce sujet, il est bon de savoir que les gais dépensent énormément à l’extérieur de la communauté, parce qu’ils participent à juste titre activement à l’économie. En politique, on vote pour des pro-gais, mais en économie, on ne fait pas assez souvent ce choix-là», pense le président Janiak.

«À compétences égales, pourquoi ne pas investir et consommer auprès des membres de notre communauté? Osons faire nos choix de consommation à l’instar des écologistes pour soutenir et défendre nos choix et infléchir le marché en notre faveur. N’oublions pas que ‘‘argent = pouvoir’’. Un dollar est un vote! Et on vote tous les jours par nos choix de consommation. Notre pouvoir de réseau? Il est vaste. Notre pouvoir politique? On l’a démontré. Notre pouvoir économique? On va en découvrir la réelle mesure…»

La publication de cette étude devrait être médiatisée vers la fin août, le temps de mettre d’accord les différents joueurs sur un agenda commun après les différentes périodes de congés.

 

  Envoyer cet article

Un projet emblématique

L’argent rose s’annonce surprenant

Initiée par la CCGQ, cette étude est commanditée par la Banque Laurentienne et réalisée par Léger Ma (...)

Publié le 28 juillet 2010

par Michel Joanny-Furtin