VARSOVIE

Comme prévu, L' EXPO ARS HOMO EROTICA SUSCITE LA POLÉMIQUE

Chantal Cyr
Commentaires

L'expo Ars homo erotica qui vient d'ouvrir ses portes au Musée National de Varsovie a suscité la polémique dès avant son ouverture. Son curateur Pawe? Leszkowicz explique sur le site du Musée de Varsovie que «cette exposition est tout à la fois contemporaine et historique, érotique et politique. Son titre désigne l'art homoérotique relié au désir et à l'amour du même sexe. Ars Homo Erotica est immergée dans la tradition de la culture tout en touchant aux politiques actuelles des droits des minorités. [L'exposition] combine les mythes et l'histoire de l'art avec le contemporain et le débat sur la condition de la démocratie. Elle est construite sur la philosophie de l'érotisme comme expérience formative des idées humanistes et leur affirmation de la joie de vivre et du sexe, même face à la répression.»

Avec cette expo, le Directeur du Musée National Piotr Piotrowski a voulu provoquer le débat sur la condition des minorités homosexuelles en Europe de l'Est. Et la provocation a fait mouche puisque dès avant son vernissage, les réactions ont fusé. Ainsi Stanislaw Pieta, du parti ultra-conservateur Droit et Justice (PiS) a-t-il essayé de bloquer l'exposition par le biais d'une question parlementaire.



Le Ministre de la Culture Bogdan Zdrojewski s'y est refusé, arguant que l'exposition répond bien à la mission d'un musée qui est aussi de proposer un regard critique sur le monde. Le Ministre ainsi soutenu le Directeur du musée qui considère que son institution doit être un «agora», un endroit de discussion.



Le Conseil d'administration du Musée soutient lui aussi le projet de «musée critique» tel que le définit son Directeur, même si cela a donné lieu à des critiques internes. Des politiciens du parti libéral conservateur actuellement au gouvernement (PO) craignent que l'exposition n'attise la discussion sur le mariage gai et l'adoption homoparentale et pourrait à long terme contribuer à donner davantage de droits aux couples homosexuels, une égalité que refuse la majorité de la population polonaise.



Et il est vrai que l'homophobie est omniprésente en Pologne: l'Institut de Sociologie de Varsovie a produit les résultats d'une étude qui montre que 47 pour cent des homosexuels polonais se sentent persécutés. Dix pour cent d'entre eux ont déjà eu à subir des violences physiques.



Les LGBT polonais attendent beaucoup de l'EuroPride 2010 qui se déroulera le 17 juillet à Varsovie et où près de 70000 personnes sont attendues.

 

  Envoyer cet article

VARSOVIE

Comme prévu, L' EXPO ARS HOMO EROTICA SUSCITE LA POLÉMIQUE

Avec cette expo, le Directeur du Musée National Piotr Piotrowski a voulu provoquer le débat sur la c (...)

Publié le 16 juin 2010

par Chantal Cyr