La vie n’est pas facile pour tous

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Photo prise par © Robert Laliberté

Voilà, c'est l'été, on voudrait s'éclater, se vider la tête, mais la réalité est là. Il n'en sera pas de même pour tous. Et pas pour Sheila, Cristal et leur fille Alexa. Peut-être en avez-vous entendu parler par des ami(e)s ? Sheila et Cristal sont mexicaines et en couple. Épuisées par le harcèlement de l'ex-mari de Cristal qui n'accepte pas leur couple et que sa fille soit élevée par des lesbiennes, Sheila et Cristal se sont enfuies vers le Canada où elles ont demandé le statut de réfugiées.

Mais voilà que l'ex en a décidé autrement et qui a lancé un mandat international contre Cristal pour l'enlèvement de leur fille, et aujourd'hui la justice doit se prononcer. Cristal et sa fille Alexa peuvent être extradées vers le Mexique. Avocats, experts, juges, chacun y va de son interprétation pour savoir si les deux femmes et leur fille peuvent rester au Canada. Pas question de rentrer dans le fond du dossier, pas question non plus de prendre partie dans un dossier dont seuls les juges détiennent la clef. Ce ne serait pas légal. Mais est-ce que ce
serait moral ? Là est la question.

Pas besoin de connaître tous les détails pour savoir que le machisme qui règne encore au Mexique ne plaide pas en faveur des deux femmes. Les dernières avancées comme la légalisation du mariage entre personnes de même sexe dans l'état de Mexico n'ont pas changé les mentalités. Et il y a peu de chances qu'un juge mexicain accorde la garde d'Alexa à deux lesbiennes. Voilà une histoire simple et désespérante. Ici, plusieurs se battent pour qu'Alexa reste au Canada. La Coalition des familles homoparentales, non seulement soutient les deux femmes mais défrait la plupart des coûts des avocats, des experts et des conférences avec les avocats au Mexique. La Coalition demande aujourd'hui un soutien financier de la part de tous ceux et toutes celles qui se sentent concernés par l'histoire d'Alexa. En allant sur le site de la Coalition des familles homoparentales, vous verrez comment procéder facilement à un paiement.
www.familleshomoparentales.org

Parlant d'immigration, nous de-vrions aussi nous inquiéter des choix du gouvernement Harper sur les demandeurs de statut de réfugié. Le Canada élargirait le nombre de pays qualifiés de «sûrs», ce qui interdirait à toute personne en provenance d'un de ces pays de faire appel d'une décision négative de la part de la Commission de l'immigration et du Statut de réfugié (CISR) et permettrait donc de la renvoyer du Canada. Cette mesure accélérerait le traitement des demandes de refu-ges et désengorgerait le système. Mais cela doit-il se faire en bafouant les droits des demandeurs d'asile? Cet avant-projet de loi ne fait pas couler beaucoup d'encre. Pourtant parmi les pays que le Canada considère comme sécuritaires, nombreux sont ceux qui ne respectent pas ou ne protègent pas les droits des femmes et des minorités sexuelles, même quand la législation les y oblige. La force de la stigmatisation sociale et des préjugés porte même les autorités de certains pays à enfreindre les lois qu'elles sont censées appliquer. De plus, le fait de demander la protection du Canada alors que l'on provient d'un «pays sûr» minerait la crédibilité du demandeur devant la CISR. L'adoption d'un tel projet de loi entacherait lourdement la tradition du Canada considéré comme terre d'accueil. En n'offrant plus un système juste et équitable des demandes de refuges, il renoncerait à protéger ceux et celles qui en ont le plus besoin. Des personnes qui s'appelleraient Sheila, Cristal et Alexa.

 

  Envoyer cet article

La vie n’est pas facile pour tous

Mais voilà que l'ex en a décidé autrement et qui a lancé un mandat international contre Cristal pour (...)

Publié le 14 juin 2010

par Denis-Daniel Boullé