États-Unis - Parentalité

Les lesbiennes ne sont pas des mères indignes

Chantal Cyr
Commentaires
Une étude américaine tend à démontrer que les enfants grandissant dans un foyer homoparental se portent bien psychologiquement, merci pour eux. Les résultats de la plus longue et large étude sur les enfants de couples lesbiens (US National Longitundinal Lesbian Family Study) viennent d’être publiés dans le magazine américain Pediatrics. Après avoir suivi 78 enfants nés entre 1986 et 1992 jusqu’à leur 17 ans, la recherche menée par les universités de Californie et d’Amsterdam démontre qu’ils ont de meilleurs résultats académiques et rencontrent moins de problème sociaux ou font preuve de moins d’agressivité que les autres jeunes.

Ces résultats sont toutefois à relativiser du fait de la taille réduite de l’échantillon qui rend les comparaisons avec l’ensemble de la population adolescente somme toute assez hasardeuses. De plus, ceux-ci se basent sur des informations déclaratives - et donc nécessairement très subjectives - dans le sens où ce sont les mères elles-mêmes qui rendent compte du développement de leurs enfants. Mais ils ont le mérite de souligner que le fait de grandir dans une famille homoparentale ne constitue pas en soi une source de troubles pour les enfants.