Chez Desjardins

La personne avant le produit financier

Daniel Rolland
Commentaires

À travers une campagne débutée il y a un peu plus de deux mois, un regroupement de cinq caisses populaires Desjardins rappelle à la communauté gaie qu’elle trouvera toujours chez elles une oreille attentive.

Ils étaient deux directeurs de gestion des avoirs lors de notre rencontre chez Desjardins : Daniel Lamoureux et Francis Filion. Ce sont des gestionnaires, mais ils ont des têtes à faire du cinéma. Il faut dire qu’ils ont de sacrés arguments pour vous convaincre de venir les voir. Quand nous les avons rencontrés, ils étaient en compagnie de la directrice des communications de la Caisse Desjardins du Mont-Royal, Mme Carolyne Cloutier. Outre cette caisse, le blitz englobe celle de l’Immaculée-Conception, Saint-Stanislas, du Quartier-Latin, du Complexe Desjardins auxquelles se greffe celle de l’Île-des-Sœurs. «Nous couvrons un territoire qui touche une grande partie de la population gaie de Montréal», rappelle Mme Cloutier. Fière d’ajouter qu’elle nous considère comme une clientèle branchée.

«Déjà nous sommes partenaires avec la Fondation Émergence, qui fait un travail formidable dans la lutte contre l’homophobie», souligne M. Lamoureux. De son côté, Francis Filion insiste sur le lien de confiance qui doit s’établir. «Nous voulons que les gens nous brossent le portrait réel de leur situation. Souvent l’argent est consi-déré comme un tabou. Cette transparence souhaitée nous permet de pouvoir mieux répondre aux besoins.» Daniel Lamoureux rappelle avec pertinence que la beauté du travail du planificateur financier réside dans le fait que les gens viennent vous faire part d’un rêve en vous confiant jusqu’à leurs avoirs pour les faire fructifier. Et si la réponse est négative en partant? Carolyne Cloutier fait observer «qu’on ne veut pas que le rêve se transforme en cauchemar». Une prudence mise au service du client.

Francis Filion, tout comme son collègue, jauge la tolérance du client au facteur de risque. Entrent ici en jeu des éléments de psychologie. Si le client se donne le droit de magasiner les produits financiers, on se fait fort de remarquer que la clientèle gaie est réputée fidèle si elle s’estime être bien servie. Ils ne perdent jamais de vue cette idée. Tout ce qu’ils demandent en somme chez Desjardins, c’est d’être utiles.


Caisse populaire Place Desjardins, Caisse populaire Saint-Stanislas de Montréal, Caisse Desjardins du Quartier Latin deMontréal, Caisse populaire Desjardins Immaculée-Conception, Caisse populaire Desjardins du Mont-Royal

 

  Envoyer cet article

Chez Desjardins

La personne avant le produit financier

Ils étaient deux directeurs de gestion des avoirs lors de notre rencontre chez Desjardins : Daniel L (...)

Publié le 14 mai 2010

par Daniel Rolland