Loft Story

Mado Lamotte
Commentaires
Photo prise par © Robert Laliberté

Dring, dring! Allô, j’appelle pour l’appartement à louer. Désolé, il est déjà loué. Dring, dring! Allô, j’appelle pour le loft… Y’est loué. Allô, j’appelle… Click! Ouen, ben, j’sens que j’vas avoir du fun à chercher un nouvel appartement cette année. C’t’idée aussi de faire déménager tout l’monde à la même date! J’aimerais ben savoir c’est qui le smatte qui a eu une idée pareil-le. Si notre maire-potiron voulait faire une seule bonne action pour laisser sa marque sur Montréal, ben il changerait ça tout de suite, cette manie débile de déménager la moitié de la ville le même jour. Ça éviterait de chercher tous en même temps et ça empêcherait les proprios d’en profiter pour hausser le prix de leurs logements sans raisons valables.

Le mien voulait hausser le prix de mon loyer de 80$ sous prétexte que les taxes de la ville ont augmenté et qu’il avait fait des travaux sur la maison. Mais qu’est-ce que j’en ai à foutre de tes taxes municipales? C’est pas moi le propriétaire du building à ce que je sache. Pis parlons en des travaux que t’as faits sur la maison! Deux coups de peinture sur le garage dont je ne me sers pas et un voyage de garnottes dans la cour pour cacher les crottes de ton chien que tu ramasses pas. Commence donc par isoler comme il faut, ça m’a coûté une fortune en chauffage c’t’hiver, pis y’a même pas fait frette. Pis quand est-ce que tu vas réparer mon robinet d’eau froide qui fournit une goutte à l’heure? Pis ça te tenterait pas de mettre un tapis antidérapant dans l’escalier que j’arrête de me casser la yeule quand c’est gelé pis que j’essaye de me tenir après la rampe qui tient juste par une vis avec mes douze sacs d’épicerie! Pis y’est ben beau mon nouveau plancher flottant mais faudrait peut-être que tu finisses de l’installer avant qui pousse du gazon entre les craques. Pis parlons en des craques. C’était ben l’fun de refaire mon plancher, ça faisait juste 6 ans que j’te le demandais. Mais t’aurais pu en profiter pour boucher les trous le long du mur, comme ça j’aurais arrêter de sentir les deux paquets de cigarettes et les 24 joints que tu fumes par jour. Et surtout, ça m’aurait pas dérangée du tout de pus t’entendre t’arracher les poumons chaque fois que tu tousses pis que tu craches ta vie! Demande-toi pas après ça pourquoi j’ai envie de déménager. Ah pis, oublie surtout pas les tuiles tout le tour du bain que t’as commencé à poser y’a 4 ans! Pis on parlera pas de la tinque à eau chaude qui fournit tout le block. Chu pas tannée d’abord de me geler le cul dans ma douche parce que la folle du premier étage fait du lavage quinze fois par jour à l’eau bouillante. Ça fait que j’veux pas avoir l’air de me plaindre, mais ton 80 piastres d’augmentation, tu peux ben te le rouler serré et te l’enfiler où je pense! Parce que la bonne femme commence à être pas mal écoeurée d’être à la merci d’un incapable. F-I, FI, N-I, NI ! Fini le niaisage et fini de payer les taxes et l’incompétence des autres. C’est cette année que je fais le grand saut. Asteur, ça va être moi la propriétaire de chez nous. Pus question que je me fasse fourrée par un propriétaire qui demande une fortune pour un logement qui n’en vaut pas le prix. Comme cette annonce qui m’a séduite dans le journal l’autre jour : «Beau grand 4 1/2 sur le Plateau, plancher de bois franc, côté soleil, grand balcon, près de tout, prix raisonnable.» Euh, 1200$, c’est pas ce que j’appelle un prix raisonnable. Ensuite, la rue Van Horne au coin d’ave-nue du Parc, c’est pas près de tout, pis c’est pas le Plateau pantoute! Un salon double pis une chambre à coucher grande comme une penderie, c’est pas un 4 ½! Et un balcon de 2 pieds de large par 8 pieds de long, ça s’appelle une sortie de secours. Pis le soleil qui reflète dans les fenêtres du building d’en face, c’est pas ça que j’appelle être du côté du soleil! Non mais, avez-vous fini de nous prendre pour des dindes? Si les propriétaires avaient un minimum de modestie quand il s’agit de décrire leur logement, on perdrait pas mal moins de temps à visiter des taudis qui se font passer pour des châteaux! J’aimerais bien savoir à quoi peut servir une régie du logement si on permet au monde d’écrire n’importe quoi et de charger des prix de fou pour de la scrap! Et on parlera pas des p’tits fils à papa fraîchement débarqués de la banlieue avec les poches pleines de cash qui ne se gênent pas pour faire monter les enchères parce qu’ils sont trop paresseux pour chercher pendant des jours et parce qu’ils veulent habiter sur le Plateau absolument. Non en parlera pas, parce que si j’en croise un sur mon chemin, je varge sur sa Mercedes à coups de sacoche en boules de bois. Hey gang de parvenus! Le savez-vous que c’est à cause de vous autres qu’un 4 ½, qui valait 600$ il y a deux ans, est rendu pas loin de 1000$ aujourd’hui? Pis j’ai des petites nouvelles pour vous autres, mes chers péteux de broue: depuis que vous êtes installés dans vos p’tits condos blancs avec vos armoires de mélamine, votre tapis mur à mur pis vos plafonds en stuco, le Plateau c’est rendu out, out, out. Ça fait que j’aurais jamais cru dire ça un jour, surtout après 20 ans passés sur le Plateau, mais dans deux mois, je paqu’te mes p’tits, je débarrasse du Plateau et je m’achète en banlieue! Woh back, la catin, as-tu sniffé d’la colle? Relis donc c’que tu viens d’écrire. Pas de panique, les enfants, quand je dis la banlieue faut s’entendre, je parle pas du 450, loin de moi cette idée saugrenue. Moi, dès que je descends la côte Sherbrooke à l’est de Saint-Denis, c’est la banlieue! Ça fait que enwèye, la guerda, commence à chercher tout de suite si tu veux pas te retrouver dans une maison de chambres avec tout ton stock le 2 juillet au matin. Comme je n’ai ni la patience, ni le temps de chercher, je vais laisser le soin à des mains expertes de me trouver la perle rare. Allô, Louis-Alain Robitaille, es-tu toujours dans l’immobilier? Plus que jamais? Parfait, j’ai une job pour toi. Ça sera pas compliqué, je sais exactement ce que je veux. Ça devrait pas être difficile à trouver un beau grand loft de 1200 pieds carrés avec planchers de bois franc, plafonds de 15 pieds de haut, murs de brique, fenêtres sur les 4 côtés, puis de lumière, foyer, chauffage et air climatisé central, douche encastrée et bain tourbillon avec une terrasse assez grande pour installer un jaccuzi avec vue sur un parc pour moins que 200 000$? Je rêve en couleurs? Dans ces prix-là, tu pourrais quand même avoir quelque chose de bien? Où ça? À Montréal-Nord? Euh, as-tu quelque chose d’un peu plus près du métro et où je pourrai sortir la nuit sans traîner une batte de baseball? Métro Pie-IX? Non c’est trop proche de chez mes parents, des plans qu’ils s’invitent à souper tous les dimanches. À St-Henri? Es-tu fou, j’ai pas envie de me ramasser avec des bougons dans la cour en bas de chez nous! La Petite Italie? Oui, oui, j’adore. J’vas être proche de chez Milano et du marché Jean-Talon. Combien? 550 000$!!! À ce prix-là, j’espère que j’ai des planchers chauffants en marbre? C’est un peu, légèrement, pas mal au-dessus de mes moyens. Oublie pas chu drag queen dans la vie, pas chef de l’opposition! T’as trouvé exactement ce que je cherche? Le bain tourbillon en moins? Bon, j’peux ben faire quel-ques sacrifices. Où ça ? OÙ? Dans le Village!! Ah non! J’ai toujours dit que j’habiterais jamais là. Pourquoi? Chu pas connue d’abord. J’ai de la misère à rentrer dans un sauna sans qu’on me reconnaisse. Alors, imagine quand j’vas me ramasser au Métro en bas du pont. Des plans pour que l’monde sache où j’habite pis que les autobus de touristes fassent un stop en face de chez nous. «Ici au dernier étage, habite Mado La-motte, reine du bingo et diva des homos.» Non merci, j’vas passer mon tour. Combien? Wow! à ce prix-la, j’peux faire installer un bain tourbillon dans toutes les pièces. J’avoue que c’est toute une aubaine. Laisse-moi y penser une couple de jours et je te reviens. Dix minutes plus tard. Allô, Louis-Alain? J’peux-tu aller le visiter? Maintenant? J’fais rien, chu juste en train d’écrire mon article pour Fugues, pis je sais justement pas comment ça va finir. Ok, attends-moi, j’arrive. Évidemment, vous êtes anxieux de savoir la suite. Mais chu pas folle, j’irai quand même pas vous dire où j’m’en vas rester. Tout ce que je peux vous dire, c’est que c’est dans le quadrilatère qui comprend les rues entre Viger et Sherbrooke, d’un bord, et entre Berri et Parthenais, de l’autre bord. Bonne chasse à la Mado!


8 ans, ça se fête : Eh oui! déjà 8 ans que je fais la folle sur la scène de mon cabaret. Venez fêter ça avec moi et ma gang de super drags queens, le jeudi 6 mai, à 22h.

 

  Envoyer cet article

Loft Story

Le mien voulait hausser le prix de mon loyer de 80$ sous prétexte que les taxes de la ville ont augm (...)

Publié le 21 avril 2010

par Mado Lamotte