Le Garde-robe de Frédérique

Fidélité quand tu nous tiens!

Julie Beauchamp
Commentaires
Photo prise par © Robert Laliberté
Les bars nous semblent des endroits perdus dans l’univers, hors de toutes normes où chacun devient ce qu’il veut bien être, se forge une autre personnalité, agit d’une façon inusitée. Personne n’y échappe, surtout pas Frédérique. Elle est d’une amabilité exemplaire, elle distribue ses sourires, et ça donne envie à plusieurs de se bercer dans ces grands yeux bleus mais cette blonde atypique demeure imperméable à toutes les filles qui l’approchent. Son image, elle la préserve ainsi, mais son écran solaire est beaucoup plus épais qu’elle ne l’imagine elle-même. Josiane, accotée au bar, lui raconte ses problèmes de cruise. Elle ne comprend pas pourquoi y’a toujours des filles qui rôdent autour d’elle. «Je ne sais pas, je suis seulement gentille; il y en a toujours une qui est intéressée, tu comprends?» Fred acquiesce : «It's raining girls!» et s’amuse un peu de cette fausse modestie qui la caractérise. Josiane, 34 ans, petite brune aux cheveux courts, piercing au sourcil droit, décoche des sourires plus vite que son ombre: sympa cette fille, ultra-sympa! Son coming out : À 18 ans, elle a annoncé à ses parents pendant leur vingt-septième anniversaire de mariage qu’elle était gaie; elle a quand même attendu que le gâteau soit servi. Ils ont pleuré tous les trois. Un rendez-vous chez la psy a été pris et, 6 mois plus tard, elle quittait la résidence familiale dans un drame émouvant. Aujourd’hui, sa mère est sa confidente amoureuse et son père est un fan d’Ellen DeGeneres qu’il aimerait bien avoir comme belle-fille.

Josiane attend Sophie, la blonde de sa meilleure amie, depuis une heure. Elle s’énerve elle-même d’être une statue scotchée à un texto qui n’arrive pas. «Ça m’exaspère le monde en retard!» Tout à coup, Josiane aperçoit Sophie au fond du bar, dissimulée derrière les tables hautes, dans le coin le plus sombre, le coin des frenchs vite oubliés. Les bras autour d’une fille! Non mais, c’est qui ça? Qu’est-ce qu’elle fout là? C’est quoi ce bad trip? Frédérique regarde la scène un peu perplexe «J’pense que tu devrais aller à la source de l’information…» Josiane traverse la piste de danse plus vite que l’éclair. Lorsqu’elle se pointe, Sophie se dégage malhabilement et la lapine blanche disparaît comme par magie. «Mais, depuis quand t’es là?» Sophie a les yeux dans le vide: «J’viens tout juste; relaxe, j’vais t’expliquer.» Josiane tape du pied comme un métronome surexcité. «C’est qui cette fille?» «Une amie, elle voulait me parler et…» «Sophie, arrête ta bullshit, je sais que ce n’est pas le party ces temps-ci dans ton couple, alors prends-moi pas pour une conne!» Sophie se débat comme la petite sirène prise dans un filet et finit par cracher le morceau. Cette fille, c’est rien, c’est juste un french; cette fille, c’est… «Pas ton ex? Mais tu penses à quoi? En plein bar! T’as-tu oublié que t’as une blonde depuis 4 ans, une maison, un chat, un chien et des tentatives d’insémination en cours?» «Hé! Ça va, la matrone de la moralité! J’le sais tout ça! J’suis pas une écœurante! Josiane, tu me connais. C’est juste arrivé…» «T’as l’intention d’ en parler à Marie-Pierre? Ou vous avez un couple ouvert et elle n’est pas encore au courant?» Sophie se braque et sa voix se durcit : «Josiane, mêle-toi pas de ça, j’veux pas être bête, mais c’est pas d’tes affaires, je l’aime Marie-Pierre.» «Ouais, t’as une drôle de façon de le démontrer.» «Tu te prends pour qui? T’es incapable de rester en relation plus de six mois et tu viens me donner des leçons de couple!» Ouch! Une flèche tirée directement au cœur, Josiane tangue légèrement et se reprend : «Sophie, réalises-tu dans quelle position tu me places? C’est quoi ton trip?» Sophie la prend par les épaules et la regarde droit dans les yeux. «Josia-ne, écoute-moi bien. Si tu lui dis, tu vas foutre quatre ans de notre vie en l’air! Nos projets, notre avenir. Laisse-moi régler cette histoire, c’est mieux autant pour moi que pour elle. Et je te rappelle que tu es aussi mon amie. Veux-tu vraiment tout faire éclater pour une connerie?» Josiane est sidérée, sonnée par cette situation, se re-trouvant ainsi comme un pantin désarticulé; elle aimerait mieux ne rien avoir vu ni entendu. Elle se retrouve écartelée entre sa fidélité pour Marie-Pierre et la règle du «Mêle-toi de ce qui te regarde, c’est pas ta vie.» Frédérique regarde Sophie quitter le bar, cette dernière semble chercher quelqu’un, elle pousse la porte et s’en va. Josiane est assise sur un divan, le regard fixe. Fred s’avance : «Tu veux boire quelque chose?» «Non, merci.» Fred s’assoit à ses côtés : «Ça va?» Josiane baisse la tête : «Qu’est-ce que tu fais quand tu sais quelque chose qui va causer la tornade du siècle? Tu te tais ou tu fous le bordel?» Fred répond : «Tu restes fidèle à toi-même. Si on ne peut pas être fidèle à soi-même, à qui peut-on l’être?» Josiane sourit amèrement. D’un geste lourd, elle prend son cellulaire et compose un texto à Sophie : Parle à Marie; j’ai pas envie de faire semblant, désolée. Question de fidélité.

Il est 3 heures du matin, la foule quitte les lieux. Frédérique aperçoit Josiane discutant à son cellulaire; elle raccroche, et Sophie apparaît dans la porte d’entrée, elle est re-venue. Josiane la rejoint immé-
diatement. Fred se dit en les regardant partir que la tornade passera peut-être en pluie finalement et qu’il faudra sans doute colmater certaines brèches. La météo est imprévisible dans les bars.
camilleavec2l@yahoo.ca