Club Bolo

Le country encore bien en vie !

André-Constantin Passiour
Commentaires

C’est immanquable, lors du passage du Club Bolo aux parades de la fierté, la foule s’anime, tape des mains; il n’y a pas à dire, autant la musique que les membres du club, des hommes et des femmes, sont d’un dynamisme fou! Le Club Bolo, malgré le départ de son local, en 2008, a bel et bien fêté son 15e anniversaire et prépare, avec ardeur, autant sa rentrée en janvier que sa participation à la Nuit blanche, en février, lors du Festival Montréal en Lumières…

Si la danse country est moins spectaculaire que le break dance, elle n’en est pas moins énergique, c’est peut-être pour cela que le public se laisse toujours entraîner… Le Club Bolo a célébré son 15e anniversaire le 22 mai dernier par un grand party. «On a fêté le 15e anniversaire alors qu’il y a plus d’un an maintenant, on perdait notre place sur Amherst. Mais c’est à présent plus facile parce qu’on a moins de dettes et que, financièrement parlant, l’organisation est en meilleure santé. Oui, c’était triste de laisser notre salle qu’on avait décorée et qui donnait toute une ambiance à nos soirées, mais on ne pouvait pas non plus continuer de payer le loyer, les assurances, etc., car c’était une salle de rencontre et de pratiques et non un bar», d’expliquer Alan Gaudet, l’actuel président et cofondateur.

C’est en juillet 2008 que le club est contraint d’abandonner le 960 de la rue Amherst, après plusieurs années d’occupation. Le Club a ensuite élu domicile, pendant quelques mois, au complexe Bourbon avant d’aboutir au Centre sportif Centre-Sud (CSCS, sur de la Visitation) où d’autres organisations faisant partie d’Équipe Montréal, comme lui, y tiennent leurs activités également. «Les responsables du CSCS sont très ouverts et accueillants envers les organisations gaies. Nous avons obtenu une entente pour y rester jusqu’en août 2010 ce qui assure une certaine stabilité pour les gens qui viennent pour les cours et les soirées de danse», indique M. Gaudet. Une soixantaine de personnes se donnent ainsi rendez-vous chaque vendredi soir.

On parle de musique et de danse country, mais en réalité «c’est très vaste en termes de musique et de danse parce que cela va jusqu’à la musique pop», dit M. Gaudet. Et l’on ne verra jamais de gens bedonnants au Club Bolo; puisque «la danse country est très dynamique, les gens restent en forme», dit M. Gaudet.
La rentrée hivernale s’effectuera le vendredi 8 janvier, alors que débutera une série de trois cours gratuits suivis des soirées dansantes. Par la suite, l’horaire comprend, les 12 et 13 février, le Sweethearts’ Stomp, avec un concours de chorégraphie, des ateliers, etc.

Le Club Bolo participera à la Nuit Blanche, le 27 février. Dans la grande salle de l’Hôtel de Ville, le Club Bolo animera une soirée, de 19h à 3h, de danse country, de démonstration, de conseils aux néophytes, etc. On s’attend à ce que de 3000 à 4000 personnes visitent la mairie cette nuit-là. «Nous avons été choisis parce que le comité organisateur voulait un groupe country dans ses festivités. C’est donc très excitant, mais c’est aussi beaucoup d’organisation pour mettre sur pied cette soirée-là et amuser les gens. On espère que nos amis LGBT viendront nous voir», souligne Alan Gaudet.


CLUB BOLO, Au Centre sportif Centre-Sud, 2093, de la Visitation.
T. 514-849-4777 www.clubbolo.com

 

  Envoyer cet article

Club Bolo

Le country encore bien en vie !

Si la danse country est moins spectaculaire que le break dance, elle n’en est pas moins énergique, c (...)

Publié le 15 décembre 2009

par André-Constantin Passiour