Lawrence Reddy

Lawrence Reddy: un pilier du Stud

André-Constantin Passiour
Commentaires

Lawrence Reddy, mieux connu sous le prénom de Larry, est barman depuis 26 ans maintenant. Il a été barman au mythique K.O.X. (l’original sur Montcalm), puis au K.O.X. renouvelé (à la Station C) et ensuite au Stud depuis son ouverture. Il y travaille les vendredis et les dimanches. Peut-être l’avez-vous déjà aperçu. Comment manquer ce grand gaillard de 6 pieds et un pouce?

Courtier en immobilier depuis un an et demi, Larry possède une formation d’inspecteur en bâtiment et a travaillé dans la construction. «C’est comme ça que j’ai commencé, en faisant de la rénovation au K.O.X. [sur Montcalm], puis Bruce [l’initiateur du bar] m’a demandé de devenir barman, cela m’a intéressé, je suis resté et je ne suis parti qu’à la fermeture. Ensuite, plusieurs membres du personnel du K.O.X. se sont retrouvés au Stud et ce bar me plaît beaucoup», de dire Larry. Mais n’a-t-il pas pensé aller ailleurs? «Non, parce que je me sens à l’aise avec ce style de bar où l’on retrouve des gars virils et que l’on peut aussi parler, discuter, faire du social avec la clientèle», insiste-t-il.

Mais il y a également une autre raison pour laquelle Lawrence Reddy n’a jamais voulu quitter de tels endroits : l’ambiance, bien sûr, ses coéquipiers chaleureux et «les administrateurs, que ce soit Bruce ou Michel Gadoury [propriétaire du Stud], ils m’ont toujours bien traité et ont été généreux».

Bien entendu, en 26 ans de carrière, Larry a pu observer toute une évolution dans le milieu gai : «J’ai passé le temps d’une génération à être barman. Au début, le VIH n’existait pas, les gens étaient très heureux et insouciants. De nos jours, les hommes sont plus sérieux, les partys sont moins sexuels qu’à l’époque. Les jeunes aussi sont différents, tout fonctionne grâce à l’ordinateur ou au cellulaire, pour eux. Est-ce qu’ils auraient oublié ce que c’est qu’un contact direct avec une personne, l’interaction, le «social» ? Je ne sais pas, je m’interroge», dit-il.
À moins que sa nouvelle vocation de courtier l’accapare trop, on risque donc de voir Larry fidèle à son poste, au Stud, pendant quelques années encore…

 

  Envoyer cet article

Lawrence Reddy

Lawrence Reddy: un pilier du Stud

Courtier en immobilier depuis un an et demi, Larry possède une formation d’inspecteur en bâtiment et (...)

Publié le 15 décembre 2009

par André-Constantin Passiour