Bye Bye 2009

Mado Lamotte
Commentaires
Photo prise par © Robert Laliberté

Ça y est. Une autre année de finie. Une décennie qui s’achève. On est rendu à l’heure des bilans. On a passé à travers les 10 premières années de l’an 2000 et la terre tourne encore. À moins de passer les Fêtes dans le Sud, vous n’échapperez pas aux traditionnelles revues de fin d’année. Est-ce que je manquerai d’originalité en m’adonnant à ce même exercice pratiqué par des milliers de journalistes sur la planète? N’en déplaise à ceux qui ne me trouvent pas toujours drôle quand j’me prends pour une vraie chroniqueuse (désolée, mon cher Biz), rien ne m’empêche de faire comme tout l’monde une fois de temps en temps. Alors, en tout excentrique et marginale que je suis, je vais vous faire part de ce qui m’a fait bander et ce qui m’a défrisé le poil de la raie en 2009. Ne vous gênez surtout pas pour découper et coller ma chronique sur la porte du frigidaire, question de vous donner un sujet de conversation avec la visite à Noël et au Jour de l’An.

Tout d’abord, la nouvelle qui a monopolisé une bonne partie de notre année à l’échelle mondiale, la maudite grippe du cochon rebaptisée grippe code postale, la terrible H1N1. Des jours à me demander si j’me fais vacciner ou pas. Finalement, j’ai conclu qu’avec la quantité d’alcool qui coule dans mes veines, je devais être immunisée jusque dans ma tombe. Mais je ne prends pas de chances, je mets un bouchon d’eau de Javel dans mon bain, je désinfecte mes fruits et mes légumes au Windex et j’avale une cuillère de Purel avant de me coucher.

Autre grosse nouvelle: Le roi de la pop n’est plus. J’ai jamais été fan de la musique de Jackson et encore moins de sa personnalité, mais rendons à César ce qui appartient à César, le roi est mort, vive le roi! Mais personnellement, c’est davantage la reine des anges qui me manquera. Sainte-Farrah, priez pour nous! Une autre reine qui a fait jaser d’elle en 2009.

Notre Michèle Richard nationale s’est fait retirer son permis de conduire. Scandale, injustice, elle en était seulement à sa 49e conduite en état d’ébriété. Et dire qu’on s’apprête à descendre le taux d’alcoolémie à 0.05%. Je plains les pauvres secrétaires, après le 5 à 7, qui devront rentrer à Laval en Bixi.

En ce moment, je me mords les joues jusqu’au sang pour ne pas parler de politique tellement j’ai honte de mon peuple. Stupid Harper est toujours aussi populaire malgré sa politique de droite. Au Québec, ça fait déjà 6 longues années qu’on endure le premier minus le plus plate de notre histoire. Et je ne vous parle même pas de la réélection de Tremblay, la face de citrouille, à la tête de Montréal. Oui, mais Mado, Louise Harel n’avait aucune chance, elle ne parle même pas anglais. So what! Elle a de très beaux cheveux, et en politique, c’est le look qui compte!

Parce qu’on dit que la musique adoucit les mœurs, j’aurais bien aimé bander sur une quelconque musique québécoise cette année, mais y’a rien à faire, mes chéris, tant qu’il y aura des Isabelle Boulay et des Sylvain Cossette, je continuerai de tripper sur Kylie Minogue et les chanteuses bulgares. D’ailleurs, pas besoin de vous dire que mon spectacle de l’année, toutes catégories confondues, est celui de la belle Kylie à Toronto en octobre dernier. Désolée pour les fans du spectacle raté de Lady Caca au Centre Bell.

Et comme j’aurais donc aimé vous dire que je me suis réconciliée avec le cinéma québécois depuis l’indigeste Bon Cop Bad Cop, mais il a fallu De Père en Flic pour venir gâcher toutes chances de réconciliation. Je sais, il y a eu le succès international de Xavier Dolan, mais comme j’ai pas vu son film, je ne peux me prononcer.

Mais t’aimes donc vraiment rien de la culture québécoise, Mado? Oui, j’aime Michel Louvain (et je le dis sans sarcasmes) un homme qui persiste et signe après plus de 50 ans de métier; j’aime toujours Nicole Martin, j’aime les Simpson en français, j’aime André Sauvé, Arianne Moffat, Christiane Charrette, Marie-France Bazzo, et j’aime aussi, passionnément et à la folie, Maxime Dénommée, même si je ne regarde pas Aveux, et surtout, j’adore le théâtre québécois sous toutes ses formes. C’est pas mal plus que ceux qui ne jurent que par les p’tites vedettes qui font la une de La Semaine.

Côté tapette, j’aurais bien aimé vous dire que j’ai aimé le premier One Moumoune Show d’Alex Perron, mais je ne l’ai pas vu. Bon ou mauvais, je lui lève tout de même ma perruque pour s’être taillé une place dans cet univers de machos.

Si j’étais sportive, je vous dirais que je suis fière de la coupe Grey des Alouettes et que j’ai honte des déboires
du Canadien mais comme je ne fréquente pas les bars de la rue Crescent, je ne vois pas l’intérêt de vous faire accroire que j’aime le football ou le hockey. Et je ne porte pas mes mitaines rouges en soutien à nos athlètes parce que je n’ai pas attrapé la fièvre olympique.

Rien à faire mes tout-petits, je déteste autant l’hiver qui tarde à venir cette année (je l’ai toujours dit que mère nature était une drag queen) et je n’arrive surtout pas à m’émerveiller devant un skieur de fond ou un balayeur de glace. Faudra voir en février si je saurai résister aux fesses rebondies des patineurs artistiques.

Et pour finir sur une note royale, pas besoin de vous dire que la visite de 24 heures du prince Charles ne m’a pas fait un pli sur les ovaires. Non mais, y’a-t-il un être plus laid sur terre? Oui, sa femme Camilla!
Et maintenant, pour terminer l’année sur une note un peu plus bitch, voici mon top 10 des tendances qui m’ont fait suer cette année et que j’espère voir disparaître en 2010.

La Smirnoff aux pommes :me semble que ça fait déjà 5 ans qu’on essaie de nous convaincre que c’est la nouvelle saveur de l’année, mais moi y’a rien à faire, quand je bois ça, j’ai toujours l’impression que le barman a pissé dans mon verre.

Les enfants dans la publicité : OK, c’est cute un p’tit gars qui boit un verre de lait avec son éléphant de compagnie mais un enfant qui vante les mérites d’une nouvelle fourgonnette, c’est pas cool pantoute. À quand les enfants dans les publicités des forces armées canadiennes?

Les lecteurs de nouvelles à Radio-Canada : oui pour Céline Galipeau, mais non à Patrice Roy, l’homme qui a autant de charme qu’une tranche de pain Weston.

Les coffrets souvenirs : non mais, combien d’osti de compilations de Céline peut-on se farcir dans une vie!

Le métrosexuel : je sais que c’est pas une nouvelle tendance, mais il faudrait en finir une fois pour toutes. Un vrai gars, ça pue, ç’a pas de gel dans les cheveux et ça s’rase pas la poche. Un hétéro qui exprime son côté féminin, c’est pas un métrosexuel, c’est une moumoune!

L’adoption vue par Madonna : je trouve beaucoup plus honorable que la madonne se serve de ses millions pour faire construire des écoles dans les pays en développement que d’adopter un autre enfant qui va se retrouver dans les bras d’une nounou.

Les nez de clown : c’est pas le voyage de Guy Laliberté dans l’espace qui m’a irrité, quoiqu’on aurait pu se passer de ce caprice de riche à 40 millions, mais ce sont les centaines de photos avec son maudit nez de clown. C’est laite, un nez de clown, c’est-tu clair?

Québec est plus hot que Montréal : j’en peux plus de ces chroniqueurs montréalais qui sont jaloux des réalisations du maire Labeaume. Oui, Québec a peut-être plus de charme que Montréal par les temps qui courent, mais y fait encore -150 l’hiver pis y’a toujours rien à faire après 21h, les soirs de semaine.

Mario Dumont à la télé : au secours, ce gars-là est aussi intéressant qu’un bouton de porte. Vivement la télé à la carte que j’arrête de payer pour des récupérations de mauvaise culture populaire.

Le boycott d’Adam Lambert : bon ça y est, le supposé pays le plus libre au monde ressort son puritanisme de droite. Après le toton de Janet, là ce sont les déhanchements lascifs du jeune Lambert qui choquent. Criss, Elvis faisait pareil en 1960; ok, pas avec la tête d’un de ses danseurs entre ses deux jambes, mais on est encore loin des pitounes en bikinis qui se frottent les boules pendant les performances des rappeurs. Ça pue l’homophobie à plein nez… de clown!

En attendant que le ciel d’Astérix nous tombe sur la tête en 2010, je vous souhaite un joyeux temps des Fêtes. Soyez sages, mais pas trop. Si vous faites le bien, allez en paix; si vous faites le mal, pensez à moi!

 

  Envoyer cet article

Bye Bye 2009

Tout d’abord, la nouvelle qui a monopolisé une bonne partie de notre année à l’échelle mondiale, la (...)

Publié le 14 décembre 2009

par Mado Lamotte