Bernard Rousseau

Trente-cinq ans de passion !

André-Constantin Passiour
Commentaires
Ce mois de novembre, Priape soulignera son 35e anniversaire ! Oui, déjà 35 ans ! Aujourd’hui, Priape possède des succursales à Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver, en plus des ventes par Internet qui se sont développées au cours des dernières années. L’entreprise compte maintenant 62 employés au total. On est donc très loin du petit magasin qui ne tenait que quelques objets au tout début. Tout au long de cette aventure, il y a une personne, un homme qui s’est battu contre vents et marées, qui, malgré l’épidémie du VIH/sida ayant décimé la communauté au cours des années 1980 et 1990, a su rester au poste, soit Bernard Rousseau. Bernard Rousseau qui, avec Robert Duchaîne ont lancé Priape. Il y a eu également, avec leur associé Claude Leblanc, des commerces reliés directement à Priape (le Cinéma du Village — aujourd’hui le Théâtre National —, et Le Bloc). Bernard Rousseau parle encore avec passion de Priape et des nouvelles occasions d’affaires, surtout aux États-Unis, alors qu’il entame officiellement sa retraite. Maintenant qu’il sait que l’avenir de Priape est garanti, il peut, l’esprit en paix, penser à voyager, son autre passion…



Dans la communauté gaie montréalaise, il est rare que l’on ne connaisse pas Priape. Des jeans aux lubrifiants, des maillots de bains aux harnais de cuir et du DVD à l’attirail fétichiste, Priape est devenu un arrêt obligé pour bien des gais et de plus en plus d’hétéros. On est donc très loin du tout petit local du 1111, de Maisonneuve Est, alors «qu’il n’y avait dans le présentoir que trois dildos et quelques autres objets et accessoires, parce que c’est tout ce que nous pouvions nous payer à l’époque», se remémore M. Rousseau.

«J’ai partagé l’aventure avec Robert Duchaîne, et cela a été magnifique. Robert m’a demandé de travailler avec lui pour ouvrir Priape, ce qui a changé ma vie. Je souhaite à tout le monde de pouvoir vivre sapassion comme moi je l’ai fait. Je suis très fier de ce que nous avons accompli, autant avec le commerce Priape, qu’en tant que comme communauté dans la lutte pour la cause gaie», d’affirmer Bernard Rousseau.



Aujourd’hui, Priape participe à des salons spécialisés comme celui qui accompagne le concours International Mr. Leather ou IML (chaque mois de mai à Chicago). C’est l’endroit par excellence pour y présenter les produits fétichistes. En octobre, Priape était présent en Europe, au salon Venus, de Ber-lin, un salon d’érotisme. Bernard y était en compagnie d’Allan Buzeta, son partenaire et responsable de la section PriapeWear, ainsi que de Stéphane Donaldson, le chargé du fétichisme. Priape aura aussi son kiosque à Montréal, lors du Salon de l’Amour et de la Séduction (en février prochain), un événement plutôt hétérosexuel. «Nous sommes en train de nous faire une belle réputation auprès de la clientèle hétéro fétichiste, un peu plus osée. Comme nous voulons courtiser cette clientèle, nous avons décidé d’y être. Il faut toujours s’adap-ter au marché», indique M. Rousseau.



S’adapter au marché, à la clientèle, est presque d’ailleurs devenu la devise de Priape, «parce que les marchés sont très segmentés, très spécialisés maintenant», d’affirmer Bernard. Il donne pour preuves les objets fétichistes très pointus, tels les sondes et autres instruments plutôt chirurgicaux, mais aussi les stimulateurs de prostate, les masturbateurs (Fleshlight), etc. Priape se spécialise donc dans ces produits de plus en plus, car ils sont de plus en plus populaires.

Comme l’a démontré le IML, Priape est de plus en plus reconnu aux États-Unis, c’est le marché à conquérir, mais avec la crise économique, il faut «bien préparer notre entrée là-bas, car tout coûte plus cher», souligne-t-il. Au début, on ne pensait qu’à un entrepôt, mais «les choses ont changé, il nous faut une succursale là-bas directement car, avec les ventes par Internet, il ne faut pas que les produits traversent la frontière, c’est trop difficile maintenant», note-t-il. D’ici deux ans, cette étape devrait être complétée et un magasin ouvert , mais le lieu reste encore à être clairement défini. «Il faut mettre tous nos efforts vers les USA, car c’est là que se trouve le marché», de dire Bernard Rousseau.



Tranquillement, après avoir subi des problèmes graves de santé l’an dernier, Il prépare sa retraite. «À 59 ans, je suis prêt à la retraite, j’ai hâte de me reposer. Je crois que c’est bien mérité après 35 ans !»

À présent, Thierry Arnaud devient le président de Priape, alors que Daniel St-Louis occupera le fauteuil de directeur général de l’entreprise. Par contre, Bernard Rousseau occupera le poste de président du conseil d’administration et partagera ainsi son expérience avec les membres de la direction de l’entreprise.

Pour remercier la clientèle, Priape effectuera un grand solde sous peu afin de célébrer cet important anniversaire, mais rien de fastueux car, là comme ailleurs, la crise économique frappe aussi.


Quelques dates dans l’aventure de Priape

Novembre 1974 ::
Robert Duchaîne et Claude Leblanc ouvrent le premier Priape au 1111, boul. de Maisonneuve (qui passe au feu le 13 septembre 75).

8 décembre 1975 ::
Réouverture de Priape au 1661, rue Sainte-Catherine Est (où se trouve actuellement le bar Météor). Le magasin où l’on retouve un atelier de fabrication de cuir offre aussi des poppers et des Levi’s 501.

1976< ::
Bernard Rousseau devient officiellement le premier employé de Priape. Le magasin commence à vendre des Jeans 501 de Levi’s, des poppers et accessoires de cuir. La vente de magazines et de films pornos 8 mm permet à l’entreprise de prendre de l’expansion.

1978 ::
Publication du premier catalogue de Priape.
Les commandes postales affluent.

1979 ::
Bernard Rousseau devient associé. On décide de se départir de la lingerie féminine pour devenir véritablement le 1er sex shop gai. Priape agrandi vers l’arrière du magasin. Le dollar américain ayant pris trop de valeur, on décide de fabriquer sur place des articles de cuir au lieu de les importer.

1980 ::
La récession du début des années 1980 frappe fort et l’on baisse le salaire des employés. Mais les affaires reprennent tranquillement.

1984 - 1989 ::
Nelson Carry gérant de Priape Montréal, donne au magasin une image et met sur pied une mise en marché spécifiquement masculine. Il meurt du sida, le 26 mai.

1984 ::
Robert, Claude, Bernard et un 4e associé, prénommé Ernest, ouvrent le Cinéma du Village. Après deux mois d’opération, le Cinéma qui proposait des films gais n’arrive pas à faire ses frais et on se tourne vers l’érotisme. Robert et Ernest vont à New York pour négocier des films porno gais avec des distributeur et en reviennent avec un premier film : The Diary. La Régie du cinéma accepte finalement ce film qui tiendra l’affiche neuf semaines! Puis c’est The Bigger The Better qui sera présenté huit semaines !

1985 ::
Priape commence à vendre des cassettes vidéos de films pornos au magasin et par la poste.

1986 ::
L'édifice du 1335, rue Sainte-Catherine est à vendre. Robert, Claude et Bernard songent d’abord à y déménager le magasin, mais ils décident plutôt d'y faire le premier Centre commercial gai au Canada, qui va s'appeler Le Bloc. C'est Claude qui s'occupe de ce nouveau projet juste avant que le sida frappe à la porte et emporte André, tandis qu’un cancer du poumon prend la vie de Gaétan.

22 juin 1987 ::
Priape ouvre ses portes dans le lieu qu’il occupe présentement (1311, rue Sainte-Catherine Est). La boutique occupe le rez-de-chaussée alors que des bureaux sont aménagés à la mezzanine. Mais, dès l’été, les ventes augmentant, on doit agrandir et réaménager la mezzanine.

Novembre 1989 ::
Priape fête ses 15 ans, mais la récession frappe dure en ce début des années 1990. Gilles Chauvin est engagé comme gérant.
1990 :: Rénovation du magasin de Montréal pour faire place au département de lingerie qui prend de l’expansion.

1992 ::
Le Café Bloc ferme ses portes.

26 mars 1993 ::
Voyant qu’une clientèle de plus en plus nombreuse se pointe en provenance de Toronto (les commandes postales sont aussi importantes), Priape ouvre une succursale à Toronto dans un petit local de 600 pi. carrés, sur la rue Church. C’est Alan, le chum à Bernard, qui en devient le gérant. Affligé par des problèmes de santé, Robert Duchaine prend sa retraite. Cela coïncide presque avec la fermeture du cinéma qui ne fonctionnait plus depuis que les films porno sont facilement disponibles sur vidéo.

1994 ::
Priape Toronto s’agrandi et ouvre dans un local au-dessus du bar Sailor.

1996 ::
Le site Internet de Priape entre en ligne avec le Chat, la section des rencontres et les produits vendus au magasin. Les commandes proviennent de partout dans le monde ! Le photographe Robert Laliberté devient directeur artistique de Priape. Un incendie détruit une grande partie de l’édifice du Bloc qui abritait un resto mexicain. Cela met fin définitivement à cette aventure. Rappelons que le Centre communautaire des gais et lesbiennes (CCGLM) a d’ailleurs logé là quelques années, mais était déménagé lors de l’icendie.

1997 ::
Priape devient actionnaire majoritaire de la compagnie This Ain’t Kansas, une entreprise réputée pour ses camisoles et ses T-shirts humoristiques. This Ain’t Kansas sera distribué dans plus d’une centaine de points de vente, mais les ventes plafonneront après quelques saisons. Priape prend alors la décision de mettre ses efforts sur sa marque Priape Wear.

1999 ::
En début d’année, on agrandi de nouveau Priape Toronto qui ne suffit plus à la demande.

28 février 2001 ::
Après quelques mois de négociations, Priape devenait propriétaire de la Librairie L’Androgyne, qui déménageait en juillet de la même année en plein cœur du Village. La seule librairie gaie et lesbienne au Québec profitait ainsi de moyens financiers et administratifs lui permettant de croître plus qu’elle n’aurait pu l’espérer. Malheureusement l’expérience ne s’avérera pas rentable et la librairie ferme ses portes le 1er septembre 2002.

Fin 2002 ::
Le cinéma gai fait sa rentrée sur les étagères de Priape. Si au début la section est relativement modeste, les acquisitions presque mensuelles font que dorénavant le catalogue compte plus d’une centaine de titres.

Juillet 2003 ::
Priape ouvre une troisième succursale à Calgary.

6 mai 2005 ::
Priape ouvre son magasin de Vancouver. Après plusieurs mois de recherches intensives, les dirigeants de Priape ont choisi un local situé en plein cœur du Village gai, appelé le «Davie Village», dans le West End.

2005 ::
Priape Wear ouvre une succursale à Berlin dans le quartier mode branché d'Hackescher Markt. La boutique offre à sa clientèle une gamme de produit tel que des jeans, t-shirts, sous-vêtements et d'autres produits pour hommes.

2007 ::
Priape et Groupe Web ID (Gay411.com ou Bear411.com) annonçaient une entente de partenariat stratégique. Cet accord qui a pris plus d’un an à se négocier, assure à Priape des possibilités de développement vers les États-Unis et, à Groupe Web ID, des avenues nouvelles en termes de synergie et aussi de développement de produits et services, surtout pour son site très populaire de Bear411.com.

2007 ::
Priape Toronto Déménage ses pénates au 501 Church. Voilà des années que Priape cherchait à se relocaliser dans un espace au rez-de-chaussée. Ce sera fait en avril puisque Priape Toronto déménage dans l’ancien local d’un bar, sur la rue Church, après avoir été dans un 2e étage depuis son ouverture en 1993.

Automne 2009 ::
Groupe Web ID devient propriétaire majeur de Priape et Thierry ARnaud devient le président de Priape. Daniel Saint-Louis est nommé directeur général de l’entreprise. Bernard Rousseau demeure président du conseil d’administration de manière à partager son
expérience avec les membres de la direction de l’entreprise.