Réal Veilleux et Pierre Lacroix

Des idées innovatrices

André-Constantin Passiour
Commentaires
Au mois de mai 2008, Physotech Plus célébrait déjà ses 25 ans d’existence en déménageant à son adresse actuelle sur la rue Amherst, en présentant une image renouvelée, très urbaine, adaptée aux années 2000, à la fois design et des plus chaleureuse. À la base de ce succès, il y a Pierre Lacroix et Réal Veilleux, les 2 copropriétaires qui, il y a maintenant 26 ans, mettaient sur pied une entreprise d’esthétique pour la clientèle masculine. En 1984, ils ouvrent d’abord sur Jean-Talon Est au coin de Lacordaire, mais bien vite ils emménagent dans le secteur qui allait devenir le «Village gai de Montréal». Coiffure, esthétique, électro-stimulation musculaire, épilation, bronzage, massages, etc., au fil du temps les services n’ont cessé de s’ajouter à la gamme qu’offrait Physotech Plus. «Mais notre mission, dès le début, a toujours été claire et on n’a jamais dévié de notre objectif qui était d’offrir des soins personnalisés d’esthétique à des hommes gais, par des hommes gais et un personnel entièrement gai. J’ai toujours cru en cette mission et je ne la changerai jamais. Nous sommes entièrement dédiés à notre clientèle, dont plusieurs sont clients depuis les débuts de Physotech», de dire Pierre Lacroix. À l’époque, avant d’ouvrir le salon dans le nord de la ville, Pierre et Réal, des conjoints à l’époque, résidaient en Floride, à Fort Lauderdale.

Mais qu’est-ce qui les a fait déménager dans le Village en 1984 alors qu’il n’y avait pratiquement rien dans ce quartier. «Nous avions commencé à annoncer dans Attitude, puis Martin Hamel, qui allait créer Fugues quelques mois plus tard, nous a demandé pourquoi on ne s’installerait pas dans le coin ici, comme le quartier était en plein développement. Nous sommes donc venus ici pour nous rapprocher de la communauté gaie. Nous avions vu le développement du Village gai de Fort Lauderdale, on y croyait à fond. À ce moment-là, on y trouvait Priape, La Boîte en Haut, le Max, etc. On croyait fortement au développement du Village et de l’expansion de la communauté. Aujourd’hui, on ne regrette rien, au contraire», explique M. Lacroix.

Physotech a donc élu domicile durant cinq ans au 1008, Sainte-Catherine Est (l’Édifice Amherst), puis il passera quelque 20 ans au 1657 de la rue Amherst, et maintenant au 1475, Amherst (près de Sainte-Catherine).
Il y a trois ans une certaine lassitude s’installe et ils songent à vendre Physotech. «On pensait prendre notre retraite, nous alléger un peu de notre travail quotidien, de poursuivre M. Veilleux. Puis, avec la fin des travaux de réfection de la rue Amherst, on a remarqué une nette amélioration grâce à l’élargissement des trottoirs, l’ajout d’arbres et le rajeunissement du mobilier urbain, c’est maintenant beau et propre. Plusieurs nous disaient de ne surtout pas vendre parce que nous sommes des piliers du Village. Cela nous a encouragé à continuer. L’introduction du laser Light Shear a redonné un second souffle à Pierre, puis s’est présenté la possibilité de déménager dans un local plus grand et plus lumineux, au 1475 Amherst. Cela aussi nous a repassionné pour l’entreprise.»

M. Veilleux continue en soulignant l’apport essentiel de la SDC du Village, qui a amené un second souffle au développement du Village. Il se dit tout à fait conscient de l’essoufflement financier de la Ville de Montréal, ce qui amène de plus en plus les commerçants à se regrouper en Société de développement commercial pour augmenter le développement de leurs artères commerciales et ainsi offrir un meilleur environnement à leur clientèle.

Et ce n’est pas fini. Il y a des projets en marche pour 2013. «Il y aura encore du nouveau, mais on ne peut en parler maintenant», de conclure Pierre Lacroix avec un sourire en coin…

Les bonnes adresses de Pierre Lacroix dans le Village…

-Pour déjeûner : le week-end, le Coo Rouge ou Chez Cora, durant la semaine, au Palais Montcalm, sur Ontario.

-Pour le dîner : le St-Hubert, Da Giovanni et aussi le Piazzetta.

-Pour une belle découverte ? Le midi, c’est du thaï ou du vietnamien en général.

-Pour sortir ? C’est soit le Par-king ou le Stud lorsque je sors.

Ce qu’il y aurait à améliorer dans le Village... Il faudrait aménager un vrai parc, avec une fontaine, des plantations, pour aller relaxer, entendre l’eau couler, avec de beaux bancs. En termes de commerce, il manque un bon gara-giste, avec des mécaniciens compétents et fiables qui, gais autant que possible, ne se moqueront pas de la clientèle, parce que les gais aussi ont des autos. Mais je crois qu’il manque une identification claire du
Village, c’est bien beau le vert et jaune des cordes à linge, mais il faudrait qu’on affiche plus les couleurs arc-en-ciel comme dans d’autres villes.

Les bonnes adresses de Réal Veilleux dans le Village…

-Pour déjeûner : au Food les week-ends.

-Pour le dîner : le St-Hubert ou le Piazzetta

-Pour sortir : le Sky.

Ce qu’il y aurait à améliorer dans le Village... La diversité au niveau commercial, encourager de nouveaux commerces, des bannières ou des franchises. C’est un plus pour le Village que le IGA Louise Ménard soit venu s’y installer ou encore que la Banque Laurentienne se soit renouvelée complètement, mais il faudrait plus de commerces et des choses nouvelles, pas du type qu’on trouve déjà, et ce, parce qu’il y a des marchands qui ont fermé… Il faudrait des franchises, mais qui s’adaptent au Village, à la clientèle gaie, qui la reçoivent bien avec un personnel qui soit gai et une mentalité d’ouverture.


Physotech Plus 1475, rue Amherst, Mtl. 514-527-7587 www.physotech.com