Gay Pride 2009

Vive la reine

Mathieu Chantelois
Commentaires
Mathieu Chantelois, notre Québécois en résidence à Toronto, a enfilé ses meilleures espadrilles pour assister aux festivités de la fierté gaie de la ville Reine. Tour de pistes (de danse!). Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit, il y en avait pour tous les goûts aux festivités de la fierté de la ville Reine. Et 2009 sera décidément l’une des meilleures années de ces célébrations. Plus que jamais, c’est le Tout Montréal qui s’est retrouvé à Toronto à la fin de juin pour le plus grand rassemblement de la Gay Pride au pays. Et des dizaines de milliers de touristes d’ailleurs sont également entrés dans la danse. Selon Tourisme Toronto, la Fierté gaie serait dorénavant l’un des événements majeurs de la capitale économique du pays, au même titre que le Festival International du Film de Toronto. Que retiendra-t-on de cette dernière cuvée? «Des divas, de la grande musique et des fêtes extérieures plus belles que jamais», lance sans hésiter Mark Singh, coprésident des célébrations.

Divines divas
Les divas étaient certainement au rendez-vous. Et trois fois plutôt qu’une. Kelly Rowland a ouvert le bal de toutes ces grandes dames en interprétant le tube de l’été, When Love Takes Over, à l’incontournable party AQUA, le 27 juin en après-midi. Puis, c’est nulle autre que Deborah Cox qui a repris le flambeau plus tard en journée pour faire déborder la rue Church. Elle a récidivé à PRISM Future Babylon au Sound Academy, au beau milieu de la nuit de samedi à dimanche. C’est l’icône israélienne Maya qui a complété le tour pour chapeau le dimanche soir en offrant sa voix aux mélodies ultra-connues d’Offer Nissim (qui a opté de passer son week-end à New York, plutôt qu’à Toronto) lors du Revival au club Guvernment.


Un vert d’été
La trame sonore du week-end aura aussi été exceptionnelle: de Deko-ze, qui a donné le ton aux célébrations du vendredi soir (Starry Night), à Ana Paula, qui a brillé de tous ses feux (Babylon et Tree House Party… sous la pluie!), en passant par Peter Rauhofer (Whateva a incontestablement été le hit du week-end) et Isaac scalante (le cover boy du Fugues du mois de juillet a fait sonner ses platines lors de 3 événements majeurs ù: AQUA, Tree House Party et Rise & Shine). Quelques DJs locaux ont aussi bien tiré leur épingle du jeu, dont Quinces, Nik Red et DJ Delicious (Open Air Affair), Jamal (à la belle étoile pour Revival) et Jeremy Khamkeo (Tree House Party et Rise and Shine).


Jouer dehors
Mais ce qui a agréablement surpris la plupart des festivaliers cette année est sans doute l’amélioration des activités en plein air. Il faut dire qu’à peine quelques jours avant le Festival, le gouvernement fédéral a annoncé une subvention de 400 000$ à Pride Toronto (NDLR : subvention qui a suscité une certaine controverse au sein du gouvernement par la suite). Résultat? Tous les sites ont été accessibles aux personnes à mobilité réduite, les scènes ont été élargies et les éclairages ont été bonifiés (en plus d’accueillir la crème des talents locaux tels la chanteuse Esthero et The Cliks). Pour sa part, le 519, le Centre comunautaire des gais et des lesbiennes, a profité de son immense parc pour organiser une série d’événements intitulée Green Space. L’immense collecte de fond a permis au 519 d’amasser plus de 200 000$, une somme qui ira directement au financement des programmes de l’organisation. «C’est le début d’une toute nouvelle et d’une très belle tradition», a promis Maura Lawless, la directrice générale du Centre.


Passé, présent, futur
«2009, c’est aussi le quarantième anniversaire de Stonewall. On tenait à marquer le coup en honorant les héros de notre communauté et en saluant toutes les réalisations de nos communautés, poursuit Mark Singh de Pride Toronto. Jamais notre défilé ou nos événements n’ont été aussi politisés. Et jamais on n’a tant vu sourire nos festivaliers! Je crois qu’on peut dire que notre mission a été accomplie.» À la fin du long week-end, tout le monde se donnait déjà rendez-vous pour Divers/Cité, du 26 juillet au 2 août à Montréal. Comme quoi on peut fêter la différence tout l’été!