Portrait Denis Brossard:

« Il faut maintenant ramener les touristes gais ici »

André-Constantin Passiour
Commentaires
Copropriétaire du Cabaret Mado, directeur artistique du Black & Blue d’abord, puis du Bal en Blanc pour devenir, pendant 10 ans, son producteur aussi, Denis Brossard a donc plusieurs cordes à son arc. Depuis quatre ans, il est le président (bénévole) du conseil d’administration de la SDC du Village gai. Après avoir laissé le Bal en Blanc l’an dernier, Denis Brossard peut se consacrer au Cabaret et à la SDC. Lors de l’entrevue avec cet ex-directeur artistique, on s’aper-çoit vite que le concepteur est encore très présent en lui et qu’il porte bien haut la fierté d’avoir réussi la piétonnisation de la rue Sainte-Catherine – Aires Libres –, tout de même «grâce à l’appui et à la volonté politique de l’arrondissement Ville-Marie», dira-t-il. Il souhaite qu’Aires Libres devienne autonome afin que la SDC puisse se concentrer sur d’autres projets.

Denis Brossard a été membre du comité qui a œuvré à l’implantation de la SDC. «Mon rôle a été de voir comment on percevait l’évolution du Village, comment on pouvait améliorer la qualité de la vie de jour du Village, explique-t-il. J’ai travaillé aussi à la réunion des forces vives du secteur, c’est-à-dire les commerçants, les groupes communautaires du Village, les résidants, la police, etc. et je crois qu’on a réussi avec Aires Libres justement alors que la satisfaction des gens a atteint les 94 %. C’est un exemple probant du succès de la réunion des différentes composantes du Village.»

Même si beaucoup a été accompli selon lui en si peu de temps, en quatre ans en fait depuis la création de la SDC, il reste encore bien du travail sur la planche. «Avec Aires Libres, entre autres, on a réussi à redonner un sentiment de sécurité aux gens, autant aux commerçants, qu’aux résidants, qu’aux visiteurs. La propreté est aussi notable dans le secteur et c’est principalement grâce à la « Brigade Propreté » de la SDC du Village qui fait un magnifique travail, insiste-t-il. Il demeure la question de la vente de drogue et des sans abris, ce sont des questions délicates, complexes, inhérentes à tout centre-ville. Nous maintenons un dialogue constant avec la Ville, la police, les groupes d’aide, mais c’est une problématique qui va prendre du temps à être réglée.»

Aires Libres en est à sa 2e édition en 2009, mais Denis Brossard aimerait bien que ce projet puisse être organisé de manière indépendante de la SDC du Village, afin que celle-ci puisse penser à d’autres projets et les mettre en marche même si, avec Aires Libres, la SDC a pu presque doubler son budget par des subventions et des commandites qu’elle a été chercher, en surplus des cotisations des membres.

Il croit qu’avec la situation favorable face aux LGBT au Canada et au Québec, on peut, avec Aires Libres, «devenir la destination No. 1 au monde pour un touriste gai, car on a beaucoup à offrir en termes d’ambiance, de propreté, de sentiment de sécurité et le Village est de plus en plus agréable», affirme-t-il avec passion. «Les touristes gais ne trouveront pas un lieu comme ça ailleurs, sécurisé, animé, mais si on arrive à développer aussi des activités culturelles, des happenings, des projets qui vont améliorer la qualité de l’espace, on peut ramener ici ces touristes. La table est mise, maintenant il faut la décorer», croit-il.

Comme Paul Haince du FIMA le suggérait dans une édition précédente de Fugues, «On pourra créer un «Comité des sages», formé de toutes sortes de gens, qui va réfléchir sur des idées, des projets qui serviront à l’avancement du Village et puis on verra quelles idées seront retenues et ce qu’on pourra en faire concrètement. Mais ce ne sont pas les idées qui manquent je crois, je suis un grand rêveur moi-même…», rajoute Denis Brossard.

Mes bonnes adresses dans le Village…

-Pour déjeûner :
Chez Cora en semaine et au Saloon durant le week-end.

-Pour une belle découverte ?
Le Pica Pica, au coin de Maisonneuve et De la Visitation, c’est un bel endroit à découvrir, c’est agréable.

-Mon coin préféré du Village ?
C’est entre De la Visitation et Panet, parce qu’avec la concentration des terrasses, c’est très intéressant et cela procure une atmosphère plus cosy…

-Pour sortir ?
Mon endroit préféré c’est en haut du Cabaret, au Campus, parce que j’adore Gary [le propriétaire] et le personnel, ils sont tous gentils et sympathiques, y compris les danseurs…