L'Église persécutée? Vous m'en direz tant!

Steve Foster
Commentaires
Depuis décembre 2008, la hiérarchie catholique fait la manchette des médias et pas nécessairement pour de « bonnes nouvelles ». Petit rappel des faits : le pape Benoît XVI a, entre autres, dénigré les personnes transsexuelles, puis décidé de lever l’excommunication d’un évêque bien en vue et négationniste notoire de l’holocauste, pour, enfin, lors de son passage en Afrique, réitérer son opposition insignifiante à l’usage du condom même si la maladie progresse aussi vite que les avis de décès ! Ajoutez à cela à la fois la décision d’un archevêque brésilien d’excommunier la mère et les médecins d’une fillette de neuf ans ayant subi un avortement après avoir été violée à répétition par son beau-père, et les nombreuses demandes d’apostasie de la part de catholiques dégoûtés de leur Église. Bref, autant de situations qui ont suscité de vives réactions au sein de la population avec laquelle l’Église a eu maille à partir. C’est sans doute à la suite de ces événements tous plus sidérants les uns que les autres que Mgr Marc Ouellette, primat du Canada, a trouvé l’inspiration pour écrire son discours du 5 avril dernier, prononcé en conférence publique à la cathédrale Notre-Dame-de-Québec, et ce, à l’occasion du dimanche des Rameaux. Voici quelques extraits de son préambule : « Les turbulences médiatiques des derniers mois ont secoué des fidèles et des responsables d’Église, au point d’obliger les autorités ecclésiales à multiplier les déclarations et les corrections de tir, ce qui n’a pas empêché les médias de critiquer l’Église de façon acerbe et souvent malveillante… Pour nous éduquer à la foi, le Seigneur nous laisse éprouver parfois la fragilité, l’incompréhension ou même l’opposition… à l’heure de l’imposition d’une éthique et d’une culture religieuse d’État… Pendant que l’Islam est en expansion agressive, que le bouddhisme fait de plus en plus d’adeptes en Occident, que l’Europe apostasie lentement sa foi bimillénaire, que la sécularisation continue à vider le Québec de la moelle de sa culture… Je serais tenté de penser que les bons fruits promis à la relance de la parole de Dieu dans l’Église, suscitent chez des forces obscures et opposées une hostilité accrue contre elle et spécialement contre le pape. Serait-ce pour neutraliser d’avance les bons effets éventuels de la parole de Dieu ? Le tapage médiatique hostile des derniers mois peut en inquiéter plusieurs et mettre en cause le sens d’appartenance d’un certain nombre… ». Est-ce pour cela que, quelques jours plus tard, soit le 12 avril, le primat soutenait dans un article publié dans un média montréalais : « À l’image du Christ condamné et crucifié, l’Église catholique est présentement persécutée, parce qu’elle dit la vérité telle que reçue par Dieu» ? Ma première réaction aux propos rapportés dans cet article, en fut une de colère, puis en lisant le préambule de sa conférence, ma réaction est restée la même. Comment cet homme peut-il tenir de tels propos. Qu’y a-t-il de malveillant à s’interroger sur les actions de celui pour qui l’infaillibilité est loi? Pourquoi dire que la progression de l’Islam est agressive? Comment peut-on confondre la foi des gens avec une défection progressive à l’endroit de l’Église en tant qu’institution ? Mais surtout, comment peut-il affirmer que ladite Église subit la persécution de la part des médias ? S’il veut vraiment parler de persécution, il devrait alors parler de l’holocauste, où plusieurs millions de juifs et des centaines de milliers d’homosexuels furent torturés puis gazés! Ou encore parler de ces femmes et de ces hommes sacrifiés au bûcher inquisitoire parce qu’ils ne correspondent pas aux dictats religieux. Il devrait également tenir compte de ces femmes mortes en couches parce que des curés les obligeaient à enfanter coûte que coûte, voire ces enfants violés à répétition par ses collègues ecclésiastiques ! Bref, je suis en colère parce que, non content de perdre leur pouvoir, le primat et certains de ses collègues n’ont même pas le courage de s’attribuer la responsabilité de leur déconfiture. La malhonnêteté intellectuelle dont fait preuve Mgr Ouellette est outrageante. À ce que je sache, nous sommes loin de l’arène où l’on jetait les chrétiens aux lions. Sachez donc, Éminence, que si les gens vous délaissent, leur foi n’en est pas moins grande, elle s’exprime tout simplement hors des carcans idéolo-giques rétrogrades et passéistes d’une clique ayant perdu tout pouvoir politique, mais conservant le pouvoir de nous culpabiliser, de nous diminuer. Et ne vous en déplaise, cette foi se vit aussi pour nombre de gais et de les-biennes. Heureusement que l’État québécois impose un cours d’éthique et de culture religieuse. Les jeunes y comprendront peut-être que personne n’a le monopole de la vérité et que c’est dans l’acceptation de l’autre que l’on grandit. Sachez également Monseigneur, que la vie ça se protège avec un condom et que les personnes mortes du sida avaient le droit aussi de vivre. Sachez enfin que les «autres» comme vous les appelez, ne sont pas pour autant des forces obs-cures et malveillantes complotant contre vous. Vous n’avez pas besoin d’eux pour vous perdre vous-même. Avant de parler de persécution, vous devriez vous regarder, car ce qui vous arrive aujourd’hui est le résultat direct de vos actions. Vous et les vôtres en êtes les seuls responsables. Et ce n’est pas parce que vous vous confessez entre vous que certains de vos actes et paroles en sont moins condamnables!

Steve Foster, Président-directeur général, Conseil québécois des gais et lesbiennes www.cqgl.ca