Pedno expose à New York

La beauté du visage

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
On sait la difficulté pour les artistes visuels de Montréal de s’imposer. Pour Stéphane Pedneault, qui signe ses œuvres Pednò, New York ouvre une de ses galeries. Du 2 au 23 juin prochain, les amateurs comme les collectionneurs pourront découvrir son univers pictural. Des visages de femmes et d’hommes plus grands que nature et sous le signe de la beauté. Étudiant en art au cégep, Stéphane Pedneault laisse de côté les pinceaux pour entamer une carrière de coiffeur, mais sa passion ne l’a jamais quitté. «Peut-être que j’étais trop jeune et pas assez discipliné pour me risquer dans une carrière artistique», explique Stéphane Pedneault rejoint au téléphone. «Et il y a quatre ans, j’ai recommencé à peindre pour le plaisir et tout naturellement des visages se sont imposés. Peut-être qu’en tant que coiffeur, j’ai dû regarder des milliers de visages et qui m’ont inspiré». Ne cherchez pas à travers ces regards et ces lèvres pulpeuses quelqu’un de votre entourage, ces hommes et ces femmes sont le fruit de l’imagination de l’artiste. Le portrait représente une contrainte qui limiterait sa créativité. «J’ai déjà fait quelques portraits mais je veux aller au-delà de cette contrainte de la technique du portrait.»


Ces visages qui s’inspirent de la mode, du cinéma, des magazines vont se retrouver dans son salon de coiffure, puis dans des restaurants ou des bars. Petit à petit, ses toiles touchent un public, le bouche à oreille fait son œuvre et même des collectionneurs commencent à s’intéresser à ses œuvres. Ce sont ces derniers qui vont d’ailleurs le référer à des galeries. Comme quoi tout peut arriver quand la passion et la patience se conjuguent. Bien sûr, l’artiste ne désespère pas d’exposer un jour à Montréal. Mais New-York peut lui donner une reconnaissance lui permettant de s’imposer un jour de ce côté-là de la frontière.

«Ce qui m’inspire, c’est la beauté. Je n’ai aucun message à livrer, sinon de transmettre par ces visages une humanité, une humanité de beauté; je ne pourrais jamais peindre quelque chose de laid.» Pour cet hymne à la beauté humaine, ils seront quarante à prendre un autobus loué pour l’occasion pour le vernissage à l’Agora Gallery qui aura lieu le 4 juin prochain. Il y a peut-être encore quelques sièges libres pour ceux et celles qui voudraient partager ce moment de plaisir avec Stéphane.

Pedno Du 2 au 23 juin 2009, à l’Agora Gallery (530, West 25th Street), Chelsea, New York.