Iris Estrie

De nouveaux programmes pour une approche plus globale

Étienne Dutil
Commentaires

«Nous venons de fêter nos vingt ans», annonce fièrement Chantal Morin, intervenante en prévention, promotion de la santé et éducation, à IRIS Estrie depuis 11 ans. Comme son sigle l’indique, «Intervention Régionale et Information sur le Sida» est un organisme communautaire à mandat régional œuvrant auprès de diverses clientèles dans l’Estrie depuis 1988. «À la base, nous faisions de la prévention autour du VIH et des MTS. Nous avons depuis élargi notre mission à plusieurs clientèles. Oui, nous travaillons évidemment beaucoup avec la Communauté LGBT, mais pas seulement.»

En effet, à ce vocable se sont ajoutées les lettres ITSS puisque «la structure est subventionnée au niveau provincial par le ministère de la Santé du Québec dans le cadre du programme SLITSS, ou Service de Lutte contre les Infections Transmissibles Sexuellement et par le Sang», un dénominateur qui intègre, entre autres, les utilisateurs de drogues injectées.

Prévention, Promotion de la Santé, Éducation et Intervention : géographique ou thématique, le domaine d’intervention d’IRIS Estrie est vaste. «À Montréal, chaque thème de cette action communautaire semble disposer d’une structure spécifique (GRIS, Séro-Zéro, Stella, Phase II, etc.) et dont certaines ciblent la population LGBT», reprend Chantal Morin. «IRIS Estrie s’adresse d’abord à la population dans son ensemble pour laquelle nous développons des actions similaires centralisées ici. Quelques-unes concernent les gais et lesbiennes, notamment dans les nouveaux projets.» Certains existent depuis longtemps, comme les cafés-causeries pour les hommes gais et bisexuels tous les deuxièmes et quatrièmes mercredis du mois dans les locaux d’IRIS. «Le groupe de discussion pour femmes existe depuis un an et demi et se réunit le 2e et le 4e mardis de chaque mois. Mis en place cette année en janvier, les Dimanches-Rencontres sont destinés aux hommes gais hors milieu (bars, saunas, clubs, groupes, etc.) afin de briser leur isolement. En région, «le Village» n’existe pas…»

Lancé en janvier dernier, le programme Caméléon est unique en Estrie. Il est spécifiquement conçu pour les personnes transsexuelles, transgenres et tra-vesties, mais aussi pour informer les milieux socioprofessionnels à la transsexualité et ses enjeux. Depuis 13 ans, le projet Catwoman intervient auprès des travailleuses du sexe (infos, discussion, documentation, droits, prévention, etc.). Son alter ego masculin, le projet Jack est cours de création. «Prisme est un projet pour les hommes en questionnement, poursuit Chantal. Des bénévoles gais les rencontrent afin de démystifier l’homosexualité et prévenir les comportements sexuels à risque. Un programme similaire pour les femmes est à l’étude.» Enfin, le projet Sors-Tu ? qui s’adresse aux jeunes (16-25) gais ou en questionnement devrait débuter en mai 2009.

Une subvention fédérale dans le cadre du programme de Santé publique Canada complète l’aide de Québec : «IRIS-Estrie, c’est trois employés plus un, qui arrive ce mois-ci, une agente de projet, trois ou quatre stagiaires par session (janvier/avril, septembre/décembre) et une douzaine de bénévoles actifs», résume Chantal Morin.

IRIS Estrie, 505 Wellington Sud à Sherbrooke. Ligne générale : 819 823-6704. Projets LGBT : 819 823-0490.

 

  Envoyer cet article

Iris Estrie

De nouveaux programmes pour une approche plus globale

En effet, à ce vocable se sont ajoutées les lettres ITSS puisque «la structure est subventionnée au (...)

Publié le 29 avril 2009

par Étienne Dutil