L’École du Show-Business

Une formation sous les projecteurs

Étienne Dutil
Commentaires
L’École du Show-Business (ESB) fête ses 15 ans. « Elle avait été fondée par Lyne Cholette et proposait alors deux programmes, Gérance d’artiste et Production d’événements », raconte Michel Vaudry, directeur adjoint. « L’école a fait du chemin et formé pas mal de professionnels depuis. À ce jour, elle propose neuf formations dont six sont reconnues par le Ministère de l’Éducation du Québec. On compte une moyenne d’une vingtaine d’élèves par formation et selon la demande il y a deux, voire trois, groupes de rentrée par an, en septembre et au printemps et, plus rarement, l’été. » La théorie et la pratique s’alternent selon les exigences du métier (voir détail ci-dessous). Comme l’ESB ne reçoit aucune subvention, les formations sont payantes et oscillent entre 10 000 et 20 000$. D’un niveau cégep et validées par une AEC (Attestation d’Études Collégiales), les formations reconnues par l’état sont toutefois accessibles aux aides financières du gouver- nement. Autrefois installée à l’angle de Saint-Laurent et Saint Viateur, l’École est déménagée en mai 2008 sur l’avenue du Parc au coin de Jean-Talon dans des locaux aménagés pour répondre aux besoins des étudiants : « En plus des classes traditionnelles, l’École dispose d’une salle de spectacle, d’un laboratoire de son, de deux salles informatiques (PC et Mac) », détaille le site Web de l’ESB. «Les étudiants sont encadrés par plus d’une trentaine d’enseignants issus du terrain professionnel visé. Ce sont des experts dans leur domaine », affirme Michel Vaudry. Sans oublier les conférences mensuelles ouvertes au public. Les travaux de fin d’études permettent la mise en contexte professionnel des acquis… et sont ouverts au public comme le fameux Zoom sur la relève, un spectacle entièrement conçu et réalisé par les étudiants sous la direction de leurs profs (À noter, le 30e spectacle du 30 avril prochain à l’occasion du 15e anniversaire de l’ESB à la Salle Telus, rue Saint-Denis).« De plus, les étudiants développent leurs réseaux professionnels avec des fournisseurs, des artistes, des gérants de salles, des producteurs, par le biais des stages ou différents projets », complète Michel Vaudry qui ajoute que l’âge n’est pas un critère : « la moyenne d’âge est dans la mi-vingtaine et dans le cadre d’une réorientation par exemple, on reçoit des étudiants de… 45 ans ».

L’École du Show-Business, 7093, avenue du Parc à Montréal. T. 514 271-2244