animaux perdus

Quand on égare son chien...

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Ça n’arrive pas qu’aux autres. Même si on considère que son chien ne peut s’échapper, que l’on est res­pon­sable et prévoyant, un accident est si vite arrivé. Et quand le chien n’a ni collier ni numéro d’identification, les chances de le retrouver s’amenuisent à mesure que les jours passent… C’est ce qu’a vécu Toño, propriétaire d’une petite chienne West Highland Terrier, qu’il avait reçue en cadeau d’anniversaire en mars dernier et qui répond au nom de Dolce. Toño travaille le soir. Et pendant la belle saison, Dolce passe ses journées sur la galerie. Elle ne jappe pas, n’ennuie pas le voisinage et ne peut descendre dans la cour. Sauf si des déménageurs peu consciencieux qui ont abîmabîment la barrière. Pour couronner le tout, Dolce vivait ses premières chaleurs et était donc attirée par l’air de la rue. Tristesse et déception pour Toño en rentrant chez lui de ne pas voir la petite boule de poils blancs l’accueillir. Avec l’aide d’un voisin, il sillonne les rues du Village et des alentours jusque tard dans la nuit. Dolce a-t-elle été écrasée? S’est-elle fait ramasser par des gens qui habitent à l’extérieur de Montréal? L’angoisse au ventre, Toño rentre chez lui. Le lendemain, il alerte le Berger Blanc, la SPCA, et avec un ami, se rend au poste de police, chez le vétérinaire au métro Papineau. Mêmes réponses partout. Si on leur apporte un chien, ils préviennent directement la SPCA qui passe ramasser l’animal.
Des affiches collées sur les lampadaires et sur les babillards des magasins? Pourquoi pas ! Mais l’affichage sur du mobilier municipal est interdit. Un propriétaire de chiens ayant vécu un épisode semblable expliquera à Toño que l’affichage doit se faire à partir du vendredi après-midi puisque les employés de la ville ne retireront pas les avis de recherche avant le lundi suivant.
Dolce a disparu un mercredi soir. Le vendredi, Anne Charron de la SPCA appelle disant qu’une fem-me à Toronto avait trouvé près de Berri-UQAM le jeudi matin un westie femelle et qu’elle l’avait amené avec elle dans la ville reine. Toño prend contact avec cette dame et commence des échanges de photos. La dame semble douter qu’il soit bien le propriétaire ou encore doute de ses qualités de bon maître. Dolce était sale, sans collier, et pour cette femme dont l’activité principale est la confection de manteaux et de bottes pour chiens, Toño ne sait pas s’occuper de son chien. Dolce a passé deux nuits dans les rues de Montréal, sous la pluie. Elle ne sent effectivement pas la rose. Les négociations commencent car s’il ne fait aucun doute qu’il s’agit de Dolce, la dame ne semble pas disposée à coopérer, trouvant des raisons non pas de la garder mais de ne pas la rendre. Heureusement, Anne Charron de la SPCA jouera les médiateurs. Elle est même prête à avertir le service similaire à Toronto pour qu’il se rende chez la dame. Il faudra plus d’une semaine et des discussions par téléphone et par courriels pour qu’enfin Dolce puisse prendre le chemin du retour et retrouver son maître et sa galerie pour continuer à se prélasser au soleil.

Des leçons à tirer de cette aventure...
D’une part, si l’obtention d’un permis pour le chien est obligatoire, c’est aussi une garantie que par le numéro de la médaille accrochée au collier, il soit beaucoup plus facile de retrouver les propriétaires du chien. Il est bon de rappeler aussi que le non-respect des règles de la ville de Montréal – dont l’obtention d’un permis –peut entraîner des amendes pouvant atteindre 1000 $.
Le tatouage du numéro peut aussi permettre d’éviter que des gens malhonnêtes s’approprient l’animal retrouvé, surtout si celui-ci est jeune et de race. Dans le cas de Dolce, la femme de Toronto a mis en doute le fait que Toño en soit le propriétaire.
Faire appel à la SPCA ou au Berger Blanc. Dans la fugue de Dolce, Anne Charron, de la SPCA, s’est impliquée dans la recherche de l’animal et a apporté un soutien dans le retour de Dolce. Elle appelait chaque jour, donnait des conseils et a joué un rôle d’intermédiaire entre le propriétaire et la personne qui avait retrouvé le chien.
Aujourd’hui, Dolce a sa médaille suspendue à un collier et n’a pas l’air de garder des séquelles de ces deux nuits passées à la belle étoile, ni de ses vacances torontoises. Denis-Daniel Boullé

SPCA : 514-737-2511 ext : 0, www.spcamontreal.com. Berger Blanc : 514-494-2002, www.bergerblanc.com
Pour la ville de Montréal, les licences sont disponibles au BAM (Bureau Accès Montréal) de votre quartier ainsi que dans plusieurs animaleries. Pour plus d'informations, téléphonez au 87-ACCÈS (872-2237) et faites le # 314.