La Sainte-Catherine piétonnière

«Pas facile en chaise roulante»

Patrick Brunette
Commentaires

Tout le monde vous le dira, la Ste-Catherine fermée à la circulation automobile a été un succès cet été. Les restaurants et cafés ont installé leur terrasse, les piétons ont envahi la rue, les affaires ont été bonnes malgré les sautes d’humeur de dame Nature. Tout le monde a été ravi ! Tout le monde ? Pas vraiment ! J’en connais qui a pesté une bonne partie de l’été… Il s’appelle Michel Pigeon. Je le vois depuis plusieurs années dans le Village, souriant, de bonne humeur. Pas du genre à se plaindre pour un rien. Mais quand je l’ai rencontré sur la Ste-Catherine version piétonnière, il en avait gros sur le cœur.

On s’est donné rendez-vous coin Ste-Catherine et Papineau et on a arpenté la rue jusqu’à Amherst. Moi à pied, lui en chaise roulante. À peine quelques pas et quelques tours de roue plus tard, Michel me lance : « Regarde, je suis poigné dans la rue ! » Première constatation : les terrasses lui bloquent l’accès au trottoir et, par le fait même, l’accès aux commerces. « Si ça durait quelques jours, je chialerais pas, mais 2 mois et demi, c’est trop ! »
En moins d’un coin de rue, je ne vois plus la Ste-Catherine comme avant. Le paradis du piéton se transforme en enfer pour les personnes en fauteuil roulant. Les terrasses si accueillantes deviennent des murailles impossibles à franchir. « Déjà qu’en temps normal, quand il n’y a pas de terrasses, c’est pas toujours facile d’accéder aux cafés et restos, là, c’est complètement impossible. »
On compte sur les doigts de la main les commerces qui ont installé une petite rampe d’accès (lire ici une planche de bois !). « Y’a le Kilo où je peux aller. L’Aigle noir aussi. Y’a aussi Multi-Mag » Plus on avance, plus je comprends le découragement de Michel, atteint de paralysie cérébrale. « Imagine quand j’ai envie de pisser ! » J’osais même pas y penser…
Devant la rôtisserie St-Hubert, il s’arrête net. « Tu vois cette rampe d’accès? C’est après les avoir menacés de me plaindre aux Droits de la Personne qu’ils l’ont installée » Bon ! Enfin une bonne nouvelle ! « Mais regarde comme il faut, mets-toi à ma place ». Deuxième coup d’œil : la rampe donne directement sur une table.
Mais ce n’est pas le pire. « Regarde ici, la boutique American Apparel. Avant c’était une animalerie. À ce moment là, y’avait une entrée en pente. Je pouvais y aller. Mais depuis que c’est devenu une boutique, ils ont rénové et détruit ça pour la remplacer par des marches ! »
Après une heure à me balader sur Ste-Catherine avec Michel, je me sens presque mal d’avoir deux jambes pour en profiter. Surtout lorsque, les yeux plein d’eau de colère et de découragement, il me lance : « J’comprends pas qu’en 2008 les commerces pensent pas à nous. Calvaire, on est à Montréal! La Ville doit avoir des critères avant de donner des permis aux propriétaires de terrasse. » Michel a peur. Il a peur que l’été prochain tout ça s’étale encore plus. Qu’il soit prisonnier de la rue. Son vœu le plus fort ? Que les commerçants aient une petite pensée pour lui (et les autres en fauteuil roulant!) et qu’ils ajoutent des rampes d’accès aux terrasses. Et si, en plus, les commerces qui ont le seuil de porte trop petit pour lui permettre d’entrer avec sa chaise roulante faisaient un effort pour rénover et agrandir, il serait comblé. Parce que Michel aimerait aussi profiter de l’été dans le Village.

 

  Envoyer cet article

La Sainte-Catherine piétonnière

«Pas facile en chaise roulante»

On s’est donné rendez-vous coin Ste-Catherine et Papineau et on a arpenté la rue jusqu’à Amherst. Mo (...)

Publié le 22 septembre 2008

par Patrick Brunette