San Francisco

Deux lesbiennes à l’aventure

Elisabeth Brousseau
Commentaires

Une semaine de vacances? Ma copine et moi, on décide de s’attaquer à San Francisco. Évidemment, le mois de mars n’était peut-être pas le temps idéal pour visiter la ville. Mais avec ma veine, le beau temps ne nous a pas lâchées, du début jusqu’à la fin.

À l’heure où les élections américaines se jouent aux États-Unis, le ville arc-en-ciel californienne est pro Obama. Les seules résidences privées ou commerces qui arborent avec fierté une allégeance politique font de la pub pour l’espoir que représente la nouvelle icône noire, Barack Obama. À San Francisco, les jolies maisons victoriennes sont l’emblème de la ville. Les rues sont sinueuses et remplies de côtes qui apparaissent parfois insurmon-tables. Inutile de vous chercher un taxi; curieusement, il n’y en a que trop peu. La marche est sans doute le moyen le plus efficace de découvrir la ville. Une bonne paire de chaussures de marche est mon meilleur conseil pour quiconque part à l’aventure dans San Francisco. Quant au transport en commun, il a vraiment la cote et est extrêmement efficace. Entre les palmiers se succèdent des tramways, cable-cars, autobus électriques, autobus accordéons, entrées de métro et autres transports écologiques. Les activités lesbiennes? Il y a en plusieurs un peu partout autour de la ville. Les Californiennes sont plus jolies que leurs cousines américaines en général. Différentes des lesbiennes de Montréal, les femmes gaies de San Francisco sont agréables, ouvertes, elles sont souriantes et faciles à aborder. Elles ont d’ailleurs une vie sociale mieux organisée que la nôtre. Toutes les informations au sujet de la vie lesbienne de la ville sont recensées sur le site web www.dykealicious.com où chaque jour des événements sont proposés. Une belle façon de faire connaître les acti­-vités et de regrouper la vie gaie des habitantes en incluant les touristes. Toutefois, un seul vrai bar lesbien a pignon sur rue à San Francisco et il est situé dans le quartier gai de Castro. Le
Lexington est un pub à l’américaine où la bière pas chère attire une clientèle fidèle. Les rares mecs qui s’y aventurent y vont avec leurs nombreuses copines gaies pour prendre un verre et faire jouer le fameux juke box de l’endroit. Enfin, les Californiennes apprécient en groupe le visionnement de la série The L Word. Notamment, le bar de quartier The Mix regroupe toutes les semaines, lors de la diffusion de l’émission, plus d’une centaine de femmes venues prendre un verre lors de ce happening lesbien. Mort à quicon-que aimerait parler durant l’émission et les nombreuses têtes s’enlignent sur les écrans géants pour voir Bette embrasser son ex, Tina. Les soupirs et les sourires de soulagement sont partagés par les fans invétérées. Quant aux attractions touristiques, elles sont assez nombreuses pour combler des vacances d’une semaine bien remplie. Évidemment, l’ancienne prison Alcatraz, où ont séjourné Al Capone, Machine Gun Kelly et Robert Stroud qu’on appelait aussi The Bird Man, est un incontournable. La Baie de San Francisco est impressionnante, notamment pour la vue qu’elle offre à ses nombreux visiteurs. Sans doute est-il préférable d’aller faire un tour au Fisherman’s Wharf durant les jours de semaine plutôt que durant le week-end où les habitants de la ville eux-mêmes apprécient d’y user leurs souliers. Les nombreux jardins, les plantes et les fleurs sont omniprésents et rendent les parfums de la ville eni-vrants. Le fameux Golden Gate Bridge s’impose dans le décor de mer à perte de vue. Le quartier chinois de San Francisco est très populeux et plus vaste qu’à Montréal. Il vaut la peine de faire un détour pour y sillonner les rues et déguster un savoureux poulet au citron au Four Seas, le plus ancien restaurant de Chinatown. L’incontournable Lombard street mérite également une attention parti-cu­lière. On dit d’elle que c’est la rue la plus sinueuse au monde. Enfin, les amateurs d’art seront servis dans la ville, notamment avec le célèbre San Francisco Museum of Modern Art (SF-MOMA), mais également par les œuvres d’art qu’on retrouve un peu partout dans les quartiers populaires et commerciaux. Sculptures, fresques et murales attirent l’attention un peu partout dans la ville. Quant aux restaurants, ils sont assez variés et relativement peu coûteux. Enfin, la vie urbaine est impressionnante et fort intéressante. La ville m’est apparue comme étant relativement sécuritaire et très ouverte à l’homosexua-lité. Même au centre-ville, loin de la partie gaie de la ville, ma copine et moi nous tenions souvent la main sans jamais nous faire dévisager. Une plus-value considérable pour des vacances assumées.

 

  Envoyer cet article

San Francisco

Deux lesbiennes à l’aventure

À l’heure où les élections américaines se jouent aux États-Unis, le ville arc-en-ciel californienne (...)

Publié le 18 juin 2008

par Elisabeth Brousseau