École internationale de zoothérapie

Quand l’animal vole au secours de l’Homme

Daniel Rolland
Commentaires
Dans un de ses plus grands poèmes «Il n’y a pas d’amour heureux», Aragon écrivait que l’Homme, quand il entrouvre les bras, on pouvait voir l’ombre de sa croix. Le parcours ici bas est souvent ardu et l’Homme avec ses blo­cages parvient difficilement à sortir de sa coquille. Et qui parfois peut venir à son secours ? On vous le donne en mille, l’animal domestique. Eh oui, le petit compagnon poilu ou à plumes peut ressusciter en vous une part d’hu­manité que vous aviez cru éteinte. L’animal peut jouer ce rôle à condition d’être supervisé par un professionnel de la question, c’est-à-dire le zoothérapeute. Frédérique Roussel a fondé en 2002 l’École internationale de zoothérapie. Cette niçoise d’origine au charme fou a d’abord entrepris une carrière d’avocate en droit international. Mais elle en avait fait le tour. La psychologie l’atti­rait, d’une part. Et de l’autre, elle voyait bien le succès que pouvait avoir les petites bêtes sur des gens à problè­mes. «Les cours pour devenir zoothérapeute se donnent à l’Université de Montréal. Deux années en formation régu­lière les week-ends et sous forme intensive sur une période de deux mois.» Elle ajoute que la gra­tification du zoo­théra­peute vient de ce qu’il se sent utile aux autres. Il faut pour cela des prédispositions à la sensibilité et à l’altruisme. Les possibilités d’embauches sont multiples. Au diable les médicaments, une petite caresse à plus petit que soi procure un sacré baume à l’âme en peine, voire la guérison.
École internationale de zoothérapie.
Tél. (514) 485 9480 www.zootherapie.ca