Infos communautaires des gais et des lesbiennes de Montréal

L’inépuisable Luc Quintal

Patrick Brunette
Commentaires

Luc Quintal fait partie de ces gens dévoués qui se donnent sans fin. On ne compte plus les heures qu’il a données à titre de président de l’Association des Motocyclistes Gais du Québec entre 2000 et 2005. L’automne dernier, il est devenu le moteur du CCGLM. Le voici reparti, en route vers de nouvelles aventures !

Qu'est-ce qui t'a amené à la présidence du CCGLM ?
Je siège au conseil d’administration du CCGLM depuis près de deux ans, d’abord à titre de secrétaire, puis, depuis la plus récente assemblée, après le départ de mon prédécesseur Cyril Lavoie, comme président. J’y suis en bonne partie par amitié pour deux femmes de cœur : Lise Fortier, la directrice générale de l’orga­nisme, et Laure Neuville, la coordonnatrice de la Bibliothèque À livres ouverts.

D’où vient ta motivation à t’impliquer autant ?
Je suis inquiet face à ce qui se passe dans le monde, une inquiétude voulant que du jour au lendemain – comme cela s’est vu dans le passé dans certains pays – les droits des membres de la communauté LGBT puissent être abolis sans préavis par un gouvernement de droite. À mes yeux, le devenir de toute notre communauté est assis sur des bases légales, juridiques, sociales que je considère assez fragiles. D’où l’importance, l’urgence, d’intervenir de mon mieux sur certains éléments qui sont à ma portée.

Que veux-tu changer dans le monde communautaire gai ?
Tout d’abord, il y a le financement des organismes LGBT. En 2001, le gouvernement du Québec a publié et adopté une nouvelle politique concernant l’action communautaire. Ce qu’il dit aux 5 500 groupes d’action communautaire du Québec , c’est ceci : le financement à 100% du gouvernement, c’est terminé. Vous devez désormais trouver de nouvelles sources. En vertu de ce nouveau cadre, le financement des groupes doit provenir d’au moins trois sources : 1) le gouvernement; 2) le privé, les fondations, les entreprises d’économie sociale, les syndicats, etc.; 3) l’autofinancement (membership, soupers-spaghetti, dons, etc.).

Et comment penses-tu arriver à trouver le financement nécessaire ?
Le CCGLM a fort à faire pour «mettre à niveau» notre monde communautaire. Dans le même souffle, on constate qu’un certain milieu communautaire est assez réticent à collaborer avec les milieux des affaires, à s’en approcher, à en faire des alliés. Mais nous n’avons plus le choix, notre survie dépend de ces partenariats.
De plus, en raison de la nature même de nos groupes, nous n’avons pas accès à tous les programmes de financement nécessaires à notre plein développement; or, des organismes tels que la Chambre de commerce gaie du Québec ou les SDC, dont celle du Village, ont précisément accès à des sources utiles pour nous. Il ne faut donc pas avoir peur d’innover et ce, sur des bases solides à moyen et long terme, avec tous ces organismes.

Des exemples de projets que tu as en tête ?
Un des projets est la constitution d’un « Fonds de solidarité LGBT », c’est à dire un fonds d’au moins cinq millions de dollars dédié aux projets spécifiques de notre communauté. Les besoins du communautaire d’ici se chiffrent déjà à des centaines de milliers de dollars, d’où l’importance de voir grand tout de suite. Un autre projet, celui de mettre en lien les groupes en fonction de leur action communautaire, par exemple ceux du secteur culturel, ceux du secteur santé ou encore du domaine sportif. Le but de tels regroupements sectoriels est l’identification des besoins communs afin d’y répondre plus efficacement. Un seul groupe peut ne pas avoir les moyens d’une permanence, mais le salaire assumé par plus d’un organisme ouvre la voie à bien des choses et à moindre frais!

Ton plus grand souhait en acceptant la présidence ?
Assurer la survie du plus grand nombre de groupes et organismes LGBT. Mais aussi, je veux chercher à développer le plus possible des réseaux communautaires fondés sur l’expression de besoins communs, à contribuer à la simplification de bien des choses, y compris les démarches de financement

 

  Envoyer cet article

Infos communautaires des gais et des lesbiennes de Montréal

L’inépuisable Luc Quintal

Qu'est-ce qui t'a amené à la présidence du CCGLM ? Je siège au conseil d’administration du CCGLM de (...)

Publié le 22 janvier 2008

par Patrick Brunette