Gris montréal

Le 2075 Plessis fermé pour des raisons de sécurité

André-Constantin Passiour
Commentaires

Juste avant de mettre sous presse, nous avons appris que l’édifice qui abrite, entre autres, le Centre communautaire des gais et lesbiennes de Montréal (CCGLM) avait été fermé suite à une visite des inspecteurs de la Ville de Montréal.Mercredi le 7 novembre dernier, des ins-pecteurs ont constaté des problèmes sérieux devant entraîner la fermeture temporaire de la bâtisse située au 2075 de la rue Plessis.

«Ces inspecteurs nous ont alors avisés vendredi qu’il fallait qu’on sorte de la bâtisse. Les ins-pecteurs ont découvert des problèmes sur deux murs, soit au mur du sous-sol (chez ACCM) et le mur sud de l’immeuble. Nous sommes donc tous sortis sans attendre, les inspecteurs ont vraiment fait peur aux gens», de dire Lise Fortier, la présidente du CCGLM. «Les gens de la Ville craignaient réellement des répercussions sur la sécurité des gens qui y travaillaient», d’ajouter le coordonnateur des communications à la COCQ-Sida, René Légaré. Les employés et dirigeants des groupes y ont eu accès brièvement par la suite afin de récupérer des dossiers et des effets personnels. Depuis près d’une dizaine d’années, plusieurs organismes sida, dont ACCM, Action Séro Zéro, le groupe Sida Sourds du Québec et le CPAVIH, y avaient élu domicile. D’autres groupes LGBT, comme Jeunesse Lambda entre autres, comptaient aussi sur la grande salle de l’édifice afin d’y tenir leurs activités régulières ou hebdomadaires. S’il est facile pour Séro Zéro et ACCM de poursuivre certaines activités grâce à des locaux ailleurs, il n’en est pas ainsi pour la plupart. «Nous sommes forcés au chômage, on ne peut rien faire, on nous a interdit d’entrer dans l’édifice, pourtant on voit bien qu’il ne va pas s’écrouler demain, certains problèmes existent depuis août 2005 et la Ville n’avait rien fait encore», de rajouter Mme Fortier. Selon la présidente du centre communautaire, c’est dans la semaine du 12 novembre que la division de la sécurité de la Direction des immeubles devait remettre son rapport d’analyse et sur la planification des travaux à venir. «À la Ville et au cabinet du maire de l’arrondissement [Benoît Labonté], on nous a assuré qu’un budget d’urgence serait débloqué afin d’effectuer les réparations au plus tôt car beaucoup de groupes ne peuvent plus fonctionner. Nous espérons qu’ils [les fonctionnaires] trouveront bientôt des solutions». L’édifice en pierres grises qui loge aussi le GRIS a été construit en 1878 et possède une facture classique ressemblant à de nombreux immeubles de couvents ou écoles érigés à l’époque par des communautés religieuses.

 

  Envoyer cet article

Gris montréal

Le 2075 Plessis fermé pour des raisons de sécurité

«Ces inspecteurs nous ont alors avisés vendredi qu’il fallait qu’on sorte de la bâtisse. Les ins-pec (...)

Publié le 19 novembre 2007

par André-Constantin Passiour