celebrations lgbta montréal

La journée communautaire

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Même son de cloche concernant la journée communautaire, la veille. Le choix de Sainte-Catherine plutôt que le carrefour Berri-Sainte-Catherine a permis un meilleur étalement des kiosques le long des trottoirs. Certains s'étonnaient les années précédentes que la journée communautaire soit à l'extérieur du Village. Le retour s'imposait donc. Et puis, comme les années précédentes, pour les organismes, la visibilité porte ses fruits. «Après chaque journée communautaire, le nombre d'appels de personnes demandant de l'information augmente», constate Robert Rousseau, directeur général de Séro-Zéro.
L'affluence, était là mais il faudrait que tous les commerçants, les organismes rendent la rue un peu plus festive et un peu mieux décorée pour donner un écrin à ce type d'événements. Certes, le montage et le démontage des terrasses des bars et des restaurants demandent une charge de travail supplémentaire, surtout quand la météo joue des tours. De même, pour certains organismes, une aide devrait leur être apportée pour améliorer la présentation de leur kiosque et rendre hommage à leur travail et à leurs efforts.
Mais au-delà de certains bémols, force est de reconnaître, que quand la volonté de créer un événement est partagée par le plus grand nombre et qu'un réel souci de travailler en collaboration se fait sentir, le résultat est en fin de compte excellent. Et tout le monde y gagne.