Minneapolis

Minneapolis: À la découverte du secret le mieux gardé du Midwest

Yves Lafontaine
Commentaires

De Minneapolis, je ne connaissais presque rien avant que l’office de tourisme de la ville ne m’invite, il y a quelques mois, avec quelques autres journalistes gais, pour une tournée de cette ville du Midwest étonnamment accueillante. Localisée dans le sud-est de l’État et au bord du Mississippi, elle est voisine de sa capitale, Saint Paul, une autre ville importante avec laquelle elle forme la principale agglomération de l’État du Minnesota. Minneapolis compte près de 400 000 habitants pour la ville en elle-même et 3,5 millions habitants pour l'agglomération de Minneapolis - Saint Paul (qui comprend d'autres municipalités plus petites). Ces deux cités au bord du Mississippi sont connues sous le nom des «villes jumelles» (Twin Cities).

Après s’être développée en premier autour de l’industrie du bois, l’économie de la ville s’orienta rapidement vers la transformation céréalière grâce à l'activité de la région environnante des Grandes Plaines . Avec la naissance des premières multinationales du secteur en son sein comme General Mills ou Pillsbury, Minneapolis fut souvent surnommée la « capitale des minoteries » notamment, car jusqu'en 1932, elle était au centre de la région qui produisait le plus de grains au monde.
De nos jours, l’industrie pharmaceutique et les établissements financiers ont partiellement remplacé les activités agricoles et industrielles. On y trouve également le plus grand centre commercial des États-Unis (the Mall of America) qui permet à la ville d'accroître son rayonnement économique et commercial.

Vie culturelle
Minneapolis s'est également beaucoup tournée vers la culture en devenant un important pôle pour les arts, largement soutenus par les familles s’étant enrichies par le grain, le transport de grains et le commerce. D’ailleurs, la famille derrière la chaîne Target (mélange d’Ikea et de Walmart), dont le siège social est situé à Minneapolis, donne chaque année plus de 5% de ses revenus à diverses institutions culturelles locales.
Après New York et Chicago, Minneapolis est la ville américaine ayant le taux de fréquentation de ses théâtres et de ses événements artistiques le plus haut par habitant. La communauté gaie et lesbienne, largement présente dans ce secteur, jouit donc d’une grande visibilité publique.
Dans son plan de réhabilitation du centre-ville et de certains quartiers d'entrepôts en déclin à partir de la deuxième moitié du xxe siècle, la municipalité racheta et rénova plusieurs théâtres sur l'avenue Hennepin pour créer le Hennepin Theatre District, quartier où l'on retrouve aujourd'hui, à la manière de Broadway à New York, de nombreuses salles de théâtre.
Créé en 1963, le Guthrie Theater est le théâtre le plus renommé de la ville. Il accueille les interprètes les plus talen­tueux des États-Unis. Le nouveau complexe que le Guthrie s’est fait construire est doté d'une architecture avant-gardiste spectaculaire que l’on doit à l’architecte français Jean Nouvel. Il a ouvert ses portes en 2006 au milieu des anciens moulins reconvertis.
Dans les années 1980, une nouvelle vague de musiciens représentée par des artistes comme Prince, les Hüsker Dü, The Replacements ou encore Soul Asylum contribuèrent également à bâtir la réputation artistique de la ville, et donnèrent naissance à un courant musical propre à elle, le «Minneapolis Sound». Aujourd'hui, de nouveaux styles musicaux en émergent comme le hip-hop. Par ailleurs, l'Orchestre symphonique du Minnesota est l'un des plus reconnus des États-Unis.
Le plus grand musée de la ville est le Minneapolis Institute of Arts qui possède une collection importante d’œuvres d’art. Il accueille plus de 100 000 objets de traditions culturelles diverses couvrant 5000 ans de l'histoire universelle. Le MIA est un musée des beaux-arts et il est reconnu au niveau international comme l'un des plus grands musées américains.
L'art moderne est exposé au Walker Art Center, ouvert en 1927. Ce musée fut un des initiateurs du mouvement pop art. Il possède notamment un jardin extérieur de sculptures avec, entre autres, la célèbre « Spoonbridge and Cherry » qui est devenue l'un des symboles de la ville.

Sortir la nuit
La jeunesse branchée se retrouve le soir dans les bars et les pubs des quartiers Uptown et Northeast-and-Lyn-Lake. Le Warehouse Disctrict est le coeur de la vie nocturne à Minneapolis, avec ses bars luxueux, ses boîtes de nuit et ses restaurants.
Il n’y a pas de quartier gai, comme à Montréal, mais les établissements gais, principalement des bars et des clubs, sont situés Donwtown Minneapolis, bien qu’on en retrouve ailleurs et même du côté de St-Paul, une ville plus conservatrice où l’on se couche assez tôt.
Grand complexe sur plusieurs étages, le Gay 90’s est un club qui a beaucoup à offrir pour à peu près tout le monde et mérite à lui seul le détour. La clientèle est très variée et se regroupe selon les styles — bears, twinks, cuir — dans différents secteurs du bar qui organise également des spectacles de drag queens. De danseurs nus s’activent dans des cages vitrées, et le week-end on y va autant pour draguer que pour danser. Parmi les autres lieux de rencontre, notons le Bolt, situé à côté du Minneapolis Eagle, le Brass Rail et le JetSet, un bar lounge à l’européenne, et The Saloon, populaire auprès des plus jeunes.
Comme Montréal, Minneapolis est une ville qui connaît quatre saisons bien marquées qui offrent une palette d’expérien­ces variées. La température moyenne en janvier et février est -10° C et de 25° C, de juin à août.
Les célébrations de la fierté GLBT se déroulent dans la seconde moitié de juin, dans un immense parc de la ville. Ce défilé est l’un des plus importants du Midwest rassemblant, en 2006, près de 350 000 spectateurs de toutes orientations.

Infos sur le Twin CIties Pride Festival www.tcpride.org
INFOS?SUR?LA?VILLE?: www.minneapolis.org

 

  Envoyer cet article

Minneapolis

Minneapolis: À la découverte du secret le mieux gardé du Midwest

Après s’être développée en premier autour de l’industrie du bois, l’économie de la ville s’orienta r (...)

Publié le 18 juin 2007

par Yves Lafontaine