Du 25 au 28 avril 2007

David

Michel Joanny-Furtin
Commentaires
Les psycholinguistes ne s'y trompent pas: dire qu'on «est tombé en amour» plutôt que «être amoureux», c'est dire son échec, sa perte de pouvoir faire face au désir dominant. Shakespearien, isnt'it? Reprise du 25 au 28 avril au Théâtre Sainte-Catherine, la pièce David de Bryn Symonds tente de répondre à cette multiple question.

«Cette pièce ne regarde pas l’hostilité de la société extérieure envers la communauté gaie, mais pose un regard de la communauté gaie envers un des leurs», explique l'auteur. Un jeune homme, Nick pense avoir compris le Village et comment s’y prendre pour y rencontrer. Mais un certain vendredi soir en sortant d’un club, il est confronté par une expérience perturbante dans une ruelle avec un certain David. Nick ne comprend pas ce qui lui a pris… Il a même laissé au gars son numéro de téléphone, lui qui approche les hommes comme autant d'objets se-xuels. Jusqu'à ce que David démontre à son égard la même attitude. Que signifie le sexe? Pourquoi avoir du sexe? S'engage-t-on dans le sexe comme on s'engage en amour? Convoitise, amour, pouvoir, autodestruction, échec? Nick n'en sait rien. Et il traversera tous ces états d'âme. David le confrontera à lui-même, à ses désirs, ses sentiments, ses paradoxes. Serait-ce la première étape pour enfin se comprendre lui-même? Amour sans sexe ou sexe sans amour, le texte de Bryn questionne le passage à l'acte, comme un alibi contre les émotions du sentiment amoureux. Préfère-t-on «avoir de l'amour» comme «avoir du plaisir» pour ne pas souffrir du manque après l'extase; risquer sa peau (érogène) sans risquer son âme et la blesser; avoir le plaisir sans le sentiment? «Jusqu'où sommes-nous prêts à aller pour atteindre l'objet de notre désir?» interroge Bryn Symonds en parlant de sa pièce. «Le désir et la séduction sont trompeurs, car les deux personnages ne semblent jamais sur la même longueur d'onde. Ils désirent la même cho­se, mais pas de la même manière…» M. J.-Furtin

Le texte de ce one man show anglophone, monté par l'auteur en collaboration avec son acteur Joseph Bembridge, sera présenté du 25 au 28 avril à 20h au Théâtre Sainte-Catherine, 264, rue Ste-Catherine Est. Infos et réservations au 514 284-3939 ou sur
www.stewart-productions.com