Élections provinciales

Coup dur pour le Parti Québécois et son chef André Boisclair

Yves Lafontaine
Commentaires

Relégué au troisième rang lors des élections provinciales, le parti dirigé par André Boisclair a encaissé une baisse de popularité importante. La formation indépendantiste a non seulement connu ses pires résultats depuis 1970, mais elle se retrouve maintenant reléguée au troisième rang, laissant à la formation de Mario Dumont l'opposition officielle. Au terme d'une soirée électorale riche en rebondissements, les libéraux de Jean Charest se retrouvent à la tête d'un gouvernement minoritaire et très affaibli, qui a perdu sa majorité par rapport aux élections de 2003. La grogne ressentie dans les régions à l'encontre des deux grands partis traditionnels a permis à l'équipe adéquiste d'enregistrer le plus grand succès électoral de sa brève histoire, faisant du petit parti de droite de naguère un joueur incontournable sur l'échiquier politique québécois. Les troupes de Mario Dumont ont en effet balayé certaines régions déterminantes, dont celles de la Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches, Lanaudière, la Mauricie et le Centre-du-Québec. Des luttes serrées ont eu lieu dans une quarantaine des 125 circonscriptions de la province.

A Montréal, trois des circonscriptions dans lesquels on compte une large proportion de résidents gais et lesbiennes — Saint-Marie-Saint-Jacques (dans lequel se situe le Village), Mercier (qui compte une grande partie du Plateau Mont-Royal) et Hochelaga-Maisonneuve, sont restés aux mains des péquistes.

Dans Sainte-Marie-Saint-Jacques, un comté fidèle au Parti Québécois depuis plusieurs décennies, Martin Lemay a été réélu avec une importante majorité de plusieurs milliers de voies.

Outre André Boisclair, réélu dans Pointe-aux-Trembles avec une majorité de plus de 6000 voies, seul deux autres candidats ouvertement gais — également memebres du Parti Québécois — ont été élus lors de ces élections provinciales. Dans la circonscription de Taschereau, dans la région de Québec, Agnès Maltais, a été réélue avec une majorité de plus de 3 000 voies. Sylvain Gaudreault qui avait fait officiellement son «coming out», suite aux commentaires homophobes de l'animateur radiophonique Louis Champagne, a été élu dans Jonquière.

 

  Envoyer cet article

Élections provinciales

Coup dur pour le Parti Québécois et son chef André Boisclair

A Montréal, trois des circonscriptions dans lesquels on compte une large proportion de résidents gai (...)

Publié le 27 mars 2007

par Yves Lafontaine