Témoignage

Gérald Séguin

André-Constantin Passiour
Commentaires
64 ans, Gérald Séguin en est à sa sixième année de retraite. Après plus de 25 ans dans l’enseignement (dans la région de Vaudreuil), il décide de se retirer de la vie de professeur de français au secondaire. Durant sa première année de retraite, il tourne un peu en rond, mais par la suite, il découvre l’association des Aînés et retraités de la communauté (ARC). Il en est membre depuis cinq ans maintenant et y trouve beaucoup de plaisir, tellement qu’il y occupe depuis quelques années le poste de secrétaire.

« J’aime beaucoup la compagnie des gens et cette association est formidable. Je n’ai jamais rien vécu de tel dans ma vie : rencontrer des gens intéressants, se faire des amis et vivre plus ouvertement ce que je suis, car, lorsqu’on est enseignant, on se doit d’être plus discret », dit-il sur un ton énergique. Et Gérald Séguin semble avoir de l’énergie à revendre.

Avec l’ARC justement, il se tient en forme, il participe aux marches sur le Mont-Royal l’hiver, aux randonnées en été, et aux sorties au cinéma, expositions, etc. Vivant dans son grand appartement de Hochelaga-Maisonneuve, il n’a pas l’intention de se retrouver dans une résidence pour personnes âgées, ce qui pourrait l’agacer, car il aime énormément sa liberté.

Célibataire, il confesse que sa plus grande préoccupation en regard de la vieillesse est de se retrouver seul : « Cela me préoccupe même si, pour l’instant, cela ne me pèse pas. J’ai de bons amis et je ne pense pas que cela m’arrivera d’être seul parce que j’aime les gens».

Très actif donc, la sexualité a également une certaine place dans sa vie. Il l’entretient et n’y renoncera pas. Elle lui procure même une certaine vigueur. S’il aime sa vie actuelle, sa liberté, son temps de prendre le temps de vivre justement, il pense tout de même à la mort qui, à l’aube de ses 65 ans, lui semble plus proche. « C’est une échéance qui se rapproche et ce n’est pas drôle, mais, d’un autre côté, cela peut-être stimulant de savoir que l’on peut encore faire des choses et vivre intensément les moments que l’on a. »

S’il n’a pas de projet spécial pour l’instant, il caresse le rêve d’écrire un livre pour publication, mais le déclencheur ne s’est pas encore présenté, peut-être un jour bientôt... Mais Gérald Séguin a le temps...