Campagne du GRIS-Montréal

L’homophobie, pas dans ma cour!

Commentaires

Les comédiens Mireille Deyglun et Gilles Renaud ont à nouveau uni leurs voix pour appuyer le GRIS-Montréal lors du lancement de la campagne de sensibilisation. L’homophobie, pas dans ma cour, le 26 septembre dernier. Doublée d’une campagne de financement dont l’objectif est de 35 000$, cette nouvelle campagne de sensibilisation cherche à conscientiser la population en général au pro-blème de l’homophobie en milieu scolaire.

«Ma jumelle, Catherine, est trisomique. Quand j’étais adolescente, tout le monde se traitait de «mongol». C’était l’insulte par excellence et ça m’attristait beaucoup. Aujourd’hui, «fif» a remplacé le mot «mongol», et je trouve ça toujours aussi inacceptable », explique Mireille Deyglun. «En tant qu’hétérosexuel, il me paraît essentiel de m’adresser à d’autres hétérosexuels pour leur dire que l’homophobie, au même titre que le racisme, n’est pas tolérable dans notre société, dit Gilles Renaud. Je pense que ce message doit aussi être livré aux plus jeunes, et c’est pourquoi je soutiens l’action du GRIS dans les écoles.» Cette nouvelle campagne de sensibilisation, qui comprend 50 000 cartes publicitaires et plus de 1000 affiches, cherche d’abord à atteindre les jeunes mais surtout à donner une voix à tous ceux et celles qui veulent que l’homophobie disparaisse de nos écoles. «On entend souvent des jeunes se crier des insultes homophobes ou encore des parents dire qu’on ne devrait pas permettre à des homosexuels de venir parler à leurs enfants à l’école. Mais on entend beaucoup moins la voix de ceux, jeunes ou adultes, qui en ont assez de l’homophobie. C’est donc pour qu’ils puissent s’exprimer que nous avons créé la campagne L’homophobie, pas dans ma cour», explique Robert Pilon, président du GRIS-Montréal. Fondé en 1994, le GRIS-Montréal est un organisme sans but lucratif dont la mission principale consiste à démystifier l’homosexualité en milieu scolaire. Ses interventions se font majoritairement auprès des jeunes de niveau secondaire et collégial et sont données sous forme de témoignages. Quelque 150 intervenants vont bénévolement en classe pour parler de ce qu’ils ont vécu et de ce qu’ils vivent encore aujourd’hui comme gais ou lesbiennes. Spécialement formés pour le faire, ces bénévoles répondent le plus ouvertement possible aux multiples questions de jeunes de 12 ans et plus. Présent dans près de 700 classes l’an dernier, le GRIS-Montréal est aujourd’hui le plus gros organisme de démystification de l’homosexualité en milieu scolaire au Québec. Grâce aux dons recueillis, les bénévoles du GRIS-Montréal ont rencontré au-delà de 16 000 élèves en 2005-2006. Afin de poursuivre sa mission et de répondre à la demande toujours croissante des écoles, le GRIS-Montréal lance sa campagne de financement annuelle.

Les personnes qui désirent soutenir la mission de l’organisme peuvent faire parvenir leur don au bureau du GRIS-Montréal
ou en se rendant au www.gris.ca. Un reçu pour fins d’impôts leur sera retourné dans les plus brefs délais.

 

  Envoyer cet article

Campagne du GRIS-Montréal

L’homophobie, pas dans ma cour!

«Ma jumelle, Catherine, est trisomique. Quand j’étais adolescente, tout le monde se traitait de «mon (...)

Publié le 26 septembre 2006

par