Outgames Mondiaux - Montréal 2006

Un vibrant appel de Martina Navratilova

André-Constantin Passiour
Commentaires
Depuis son arrivée à Montréal, le 28 juillet, la championne mondiale de tennis n'a entraîné qu'enthousiasme et frénésie. Lors de la séance plénière finale de la Conférence internationale sur les droits humains des LGBT, du 29 juillet, elle a soulevé la foule de plus de 1 200 personnes qui prenait place dans la salle, suscitant applaudissements nourris à plusieurs reprises et devenant le centre d'admiration de tous. La veille, elle avait aussi charmé un maire de Montréal tout enjoué, lorsque Gérald Tremblay l'a invité à signer le livre d'or de la Ville. Prenant la parole, en anglais, après les honorables Claire L'Heureux-Dubé, juge à la Cour suprême du Canada jusqu'en 2002, et Martin Cauchon, ex-ministre fédéral de la Justice (2002-2003), Mme Navratilova a parlé de son expérience personnelle, de sa vie dans le milieu sportif et a incité les LGBT à sortir du placard et à être plus solidaires envers les autres LGBT à travers le monde.

Par un mélange astucieux d'humour et de sous-entendus compris par les participants, elle a rappelé de ses débuts au tennis, son départ de la Tchécoslovakie, de l'abandon de sa vie là-bas pour aller vivre aux États-Unis et comment elle y a pensé à deux fois avant de faire sa sortie du placard de peur d'être expulsée, chose qu'elle n'est pas ³sûre que cela ne pourrait pas encore arriver aujourd'hui d'ailleurs². ³[...] lorsque j'ai fait mon coming out, en 1981, oui j'ai perdu des commanditaires, des partenaires, j'ai perdu beaucoup d'argent comme doit bien le savoir lui-même Mark Tewksbury, qui est ici avec nous, mais la dignité est sans prix... c'était le bon choix à faire. Lorsqu'on se sent bien dans sa peau, on a plus confiance en soi et c'est à ce moment-là que j'ai commencé à gagner [...]², a-t-elle lancé devant une une salle qui a encore applaudi. ³Vivre sa vie en secret est comme mourir avant de mourir!², a-t-elle rajoutée.

À plusieurs reprises, Martina Navratilova a demandé à l'assistance de poursuivre le combat pour les LGBT oppressés dans le monde, qui sont victimes même de la peine de mort ou d'assassinat: ³Lorsque quelqu'un meurt quelque part, nous mourons tous un peu avec eux... donc il faut parler, continuer à combattre pour les droits... Nous sommes vraiment puissants et forts lorsque nous sommes unis, il faut dire non à l'oppression². Elle a incité aussi les LGBT à faire attention où ils dépensent leur argent, de quelles compagnies ils achètent des produits ou des services afin que cet argent n'aille pas dans les coffres d'organisations conservatrices ou évangéliques qui vont ³ensuite donner de l'argent à George W. Bush ou au [révérend] Gerry Falwell qui vont discriminer contre les LGBT [...]².

Finalement, mais de manière très drôle, elle a encouragé les gais et lesbiennes à détenir la Rainbow Card, une carte de crédit qu'elle a créé il y a quelques années et dont des bénéfices vont à sa fondation pour la recherche sur le sida et le cancer du sein chez les femmes, mais également pour aider les LGBT dans le sport, la culture, etc. Elle a rappelé ainsi que monétairement ³et collectivement, les LGBT ont un grand pouvoir et qu'il faut s'en servir [pour faire avancer la cause]². Inutile de dire que le public a applaudi debout à tout rompre, pendant un long moment, lorsqu'elle a terminé son allocution. En compagnie du médalié olympique Mark Tewksbury, Martina Navratilova sera à nouveau ovationnée lors de la cérémonie d'ouverture de ces premiers Outgames mondiaux, au Stade olympique, quelques heures plus tard.