Clinique motivation minceur

Pour être motivé et en santé

Daniel Rolland
Commentaires

Le Dr Maurice Larocque est une figure bien connue du monde médical puisqu’on retrouve sa signature sur plusieurs livres publiés aux éditions Québécor. Et les médias aiment bien sa présence, car il sait trouver des réponses simples à des situations qui semblent problématiques.

«Je trouve que, tant dans le milieu médical que dans les médias, on a cédé à une sorte de pessimisme au chapitre de l’obésité. Comme si l’augmentation de poids était devenue une sorte de fatalité sans retour. On ne doit jamais enlever l’espoir à quelqu’un.» Voilà pour l’énoncé de principe. Pour le reste, il suffit d’être assidu aux rendez-vous que vous donnent les trois cabinets de la Clinique Motivation Minceur qu’il dirige. Les conseillers ou coachs sont formés par le Dr Larocque pour établir d’abord votre profil, qui est révélateur de la cause de ce trop-plein de kilos. Et ensuite, on travaille ensemble à la perte de poids. C’est un peu comme pour la pratique des exercices physiques en gymnase. Si vous y allez seul, vous risquez de céder au découragement. Mais si vous avez un entraîneur à vos côtés, vous avez de fortes chances de parvenir au résultat. Mais on ne leurre personne, il y a un travail personnel à fournir. «Écoutez, nous sommes assez honnêtes pour ne pas brandir de miracles. Pour les cas lourds, qui ont besoin d’une évaluation plus poussée ou une validation médicale, je m’en occupe personnellement. Mais tout est possible avec la volonté. C’est pourquoi nous avons sept types de régimes alimentaires. Si on est moins emballé par un, on peut sauter à un autre avec flexibilité. » Autrefois, les hommes consultaient quand survenaient des problèmes de santé. Maintenant, ils le font pour des considérations purement esthétiques. Le problème est grave. Les dernières statistiques nous informent qu’une personne sur deux est affligée d’un surplus de poids. «Pour beaucoup, ce sont des frustrations qui amènent les gens à s’empiffrer. On accorde une attention particulière aux sources du problème», enchaîne le doc. Et dans le cas des grosses bedaines de type «femme enceinte», la réponse est toujours sous l’angle de l’optimisme : «Ça s’arrange en pratiquant un déficit calorique. Oubliez les liposuccions. Avec un bon suivi, un homme peut théoriquement perdre jusqu’à 100 livres en trois ou quatre mois. Mais on y va prudemment. Après la fonte des kilos en trop, le tablier abdominal restant pourra être supprimé par une plastie mineure.»

Clinique Motivation Minceur 4335, rue de Verdun, Montréal (Verdun). T. 514-769-9629 / 1303, rue Greene, bureau 401, Westmount. T. 514-931-5252 / 3505, boul. St-Martin O. bureau 101, Laval. T. 450-681-1143. www.motivationminceur.ca

 

  Envoyer cet article

Clinique motivation minceur

Pour être motivé et en santé

«Je trouve que, tant dans le milieu médical que dans les médias, on a cédé à une sorte de pessimisme (...)

Publié le 26 mai 2006

par Daniel Rolland